Et un échec de plus pour Trump: son troisième texte censé abroger l'Obamacare a encore été rejeté

Un revers de plus pour le président américain Donald Trump. Le nouveau texte élaboré par son parti pour abroger partiellement l'Obamacare a été voté ce vendredi au Sénat et a été à nouveau rejeté. Pourtant, il s'agissait d'une version améliorée, et la troisième tentative en la matière.

Et de une, et de deux, et de trois. La troisième tentative de Donald Trump et du parti républicain d'abroger l'Obamacare a encore échoué. Le Sénat américain a voté ce vendredi et rejeté le texte. C'était pourtant l'une des promesses phares de sa campagne électorale, et donc un échec d'autant plus cuisant pour le président américain.

20 millions de personnes sans couverture maladie

Cela faisait plusieurs jours que les républicains avaient le nez dans le texte, pour tenter de trouver une solution qui contente à la fois l'aile modérée et l'aile conservatrice du parti (qui souhaite la suppression pure et dure du texte, risquant de laisser près de 20 millions d'Américains sans couverture-maladie). Cette nouvelle version optait donc pour une abrogation "a minima" (ou "skinny repeal" en anglais) de l'Obamacare, le service d'assurance des soins de santé mis en place par Barack Obama.

Autrement dit, elle prévoyait de supprimer plusieurs points - comme l’obligation faite aux particuliers de souscrire à une assurance-santé sous peine d’amende ou encore celle faite aux entreprises de proposer une couverture à leurs salariés - tout en maintenant plusieurs mesures du texte originel.

51 voix contre 49

Là où Trump peut être vraiment déçu, c'est que ce nouveau texte était à deux doigts de passer. En effet, les sénateurs auraient voté contre à 51 voix et pour à 49 voix, rapporte CNN ce matin. Il ne manquait donc pas grand-chose.

Sans surprise, les trois sénateurs républicains qui avaient déjà annoncé leur opposition au texte la veille, Lindsey Graham, Ron Johnson et John McCain, se sont joints au "non" démocrate. Certains craignaient en fait que la Chambre des représentants reprenne ce texte et l'envoie directement devant le président, qui n’aurait alors plus qu’à promulguer la loi. Or, normalement, ce projet tel quel ne devait pas aboutir à une loi à part entière, les républicains devaient plutôt l’utiliser comme base de négociation avec la Chambre des représentants.

En plus d'avoir grand mal à faire passer ses réformes, Trump doit donc aussi composer avec de vives dissensions au sein même de son parti. Le travail est bien plus difficile qu'il ne l'aurait imaginé...

Déjà lu?