Avec le nouveau budget, tu vas devoir payer plus pour tes boissons sucrées... et pour les light

Pour se faire 75 millions d'euros supplémentaires, le gouvernement fédéral a décidé d'augmenter les accises sur les boissons sucrées. Chaque canette ou bouteille coûtera quelques cents de plus. Petit bémol: cela inclue aussi les boissons light.

Tout les moyens sont bons pour renflouer les caisses de l'État et taxer les boissons sucrées en est un. Cette taxe a été introduite en 2016 mais elle va subir une petite augmentation: les boissons de type soda devraient coûter deux à trois cents de plus qu'avant. Une hausse qui devrait rapporter à l’État 75 millions d’euros supplémentaires.

Les eaux aromatisées et les jus ne sont pas concernées par cette taxe mais les boissons light oui. Soit les boissons qui contiennent des alternatives au sucre comme la Stevia, l’aspartame ou le Xylitol (à base d'écorce de bouleau). À la base, cette taxe sur les boissons sucrées est une initiative de la ministre de la Santé publique Maggie De Block, censée convaincre les Belges de privilégier les boissons plus saines. Mais certains professionnels ne voient pas cette taxe d'un très bon oeil.

Pas récompensés

"Pour le gouvernement, il est bien sûr plus facile d’augmenter les impôts existants. Nos efforts pour réduire la teneur en sucre des boissons gazeuses ne sont pas récompensés", constate amèrement David Marquenie, Secrétaire général de la Fédération Royale de l’Industrie des Eaux et des Boissons rafraîchissantes, au micro de HLN.

Pour la Fédération, cette augmentation risque de leur faire perdre des clients. Ces derniers, en observant la hausse des prix, pourraient choisir de faire leurs courses dans les pays voisins, avance la Fédération. David Marquenie conclue que cette augmentation pourrait même avoir des effets néfastes sur l'emploi. Par contre, bonne nouvelle: le prix de la bière ne devrait pas augmenter.

Déjà lu?