Voici comment une simple fuite de données pourrait faire tomber le gouvernement suédois

Il n'y a pas qu'en Belgique que des scandales éclatent et font trembler les gouvernements. La Suède a fait sous-traiter en République Tchèque et en Serbie la gestion de données confidentielles concernant sa population. L'affaire vient d'éclater au grand jour, elle pose des questions sur la sécurité du pays mais surtout elle pourrait faire tomber le gouvernement.

Au début, le scandale ne concernait que l'Agence de Transport suédois. Mais après quelques révélations, le problème a pris une dimension beaucoup plus grande et maintenant, certains journaux, comme Business Insider et SVT, annoncent que le gouvernement actuel pourrait très bien sauter.

Selon un employé de l'Agence des Transports, cité par la BBC, le problème technique à la base de tout ça pourrait se résumer par "donner les clés du royaume" à des étrangers. En 2015, la Transportstyrelsen, l'IBZ suédois, a signé un contrat de 800 millions de couronnes (environ 83 millions d'euros) avec IBM pour qu'elle gère sa partie IT. Sauf que l'entreprise a fait sous traiter la gestion de cette branche informatique de l'agence nationale... en République Tchèque et en Suède.

Pourquoi c'est grave?

Les données sous-traitées dans ces deux pays sont d'abord privées: elles concernent les permis de conduire des Suédois, ce qui relève de l'identité. Ensuite, cette décision outrepasse des lois nationales de sécurité: la Loi sur la sécurité nationale, la Loi sur les données personnelles et la Loi sur la publicité et la protection des renseignements personnels.

La situation a pris tellement d'ampleur que le gouvernement envisage de démissionner. L'opposition aurait déjà voté une motion de méfiance - ce mécanisme politique permettant de renverser un gouvernement de façon légale. Le gouvernement tient actuellement une réunion à Rosenbad à Stockholm et devrait tenir une conférence de presse plus tard aujourd'hui.

Ironie de la situation: la Suède s'était déjà retrouvée dans le viseur de l'Union européenne pour ses méthodes de surveillance et sa gestion des données personnelles. L'UE reprochait à la Suède de conserver trop de données personnelles sur ses citoyens. Et c'est justement la gestion de ces données qui met aujourd'hui en danger la stabilité politique du pays.

Déjà lu?