Bon, c'est quoi ce bordel avec des bières sur un camp? Retour sur un "scandale" dont les scouts se seraient bien passés 

Depuis ce lundi, les scouts en prennent plein la tête. Tout démarre à cause de photos publiées sur Facebook par une dame qui s'est pointée sur un camp sans s'y être invitée. Sur ces photos, on voit quelques bouteilles de bières qui jonchent le sol du camp. Du coup, les scouts sont qualifiés d'irresponsables ou d'alcooliques notoires. Des jugements un peu trop hâtifs qui ont fait réagir les principaux intéressés et la fédération de scouts. 

On commence par rappeler les faits. Une unité scout est en camp à Fauvillers dans la province de Luxembourg. En patrouille depuis deux jours, des jeunes scouts ont demandé de l'aide à une riveraine, Stéphanie, car ils n'avaient pas été ravitaillés et parce qu'ils n'avaient pas de nouvelles de leurs chefs. Du coup, la dame s'est ramenée sur le camp avec les enfants et s'est muée en photographe.

Elle a pris des photos du camp où l'on voit plusieurs bacs de bières et quelques "cadavres" jonchant le sol de la prairie où les enfants étaient installés. Le bad buzz ne s'est pas fait attendre: les photos ont fait le tour du pays et il a vite été reproché aux scouts d'être des irresponsables doublé d'alcooliques notoires. Mais par contre, la défense de la fédération des scouts est implacable.

Aucune faute

Vu le bad buzz créé par ses photos, il a vu fallu défendre les chefs scouts incriminés. Christelle Alexandre, présidente de la fédération des scouts de Belgique s'en est chargée: "D’après le code qualité de l’animation, les chefs scouts ont droit à deux bières par personne. Ils étaient 8 adultes sur le camp donc si vous regardez bien la photo, ici, il n’y a aucun défaut d’animation à rapporter." En tout, seulement 17 bières ont été consommées par une dizaine d'adultes ce soir-là, est-ce que ça valait vraiment la peine de créer un tel scandale?

Au moment où les photos ont été prises, il était 11h et les chefs scouts n'étaient pas encore réveillés. Un problème? Non, selon la fédération: "Pendant le week-end de patrouille, il n’y a pas de ravitaillement prévu. Les adolescents ont dit cela à la dame pour ne pas avoir à manger ce qu’ils avaient avec eux. Le week-end de patrouille est aussi une occasion pour les chefs de faire la grasse matinée, c’est pour cela qu’ils dormaient toujours quand la riveraine a ramené les patrouilleurs au camp."

La photographe regrette

Stephanie, la photographe en question, ne s'attendait pas à créer une telle polémique. Contactée par la DH, elle a tenu à s'expliquer: "J’ai juste pris les photos du désordre dans le camp. Mais je n’ai jamais dit ou écrit que les jeunes étaient saouls. Jamais je n’ai pensé que ça allait prendre une telle ampleur!"

Depuis, elle a supprimée les photos mais selon elle, ce ne sont pas les bières l'important, ce sont les enfants: "Ils devaient marcher 25 kilomètres et avaient l’air désespérés (...) J’ai donc décidé de les reconduire (...) En arrivant au camp, j’étais énervée. N’importe qui l’aurait été. 25 kilomètres sans rien, vous imaginez?! Je suis entrée pour dire aux chefs ma façon de penser et là, je suis tombée sur ce décorum. Je m’en fous du nombre de bières par terre. Mais des enfants en panique, ça, je ne m’en fous pas!" Pourquoi poster des photos de bières dans ce cas? En tout cas, la police s'est rendue sur place et a décidé de ne pas suspendre ni annuler le camp vu la bonne gestion des animateurs.

Au final, ce bad buzz aura mis un beau boxon pour pas grand chose: les enfants ont bien été encadrés, il n'y a pas eu de négligence et le programme du camp était bien respecté. Tout le monde sait que les chefs aiment boire quelques coups quand les plus jeunes sont au lit, ce n'est pas un scoop. Au final, on se retrouve juste avec des enfants et animateurs "déstabilisés" tandis que "plane un climat d'incertitude et de tristesse" sur le camp selon la fédération. Les réseaux sociaux ont visiblement provoqué une énorme tempête dans un verre d'eau dont les scouts se seraient pas bien passés, surtout en plein camp: les tempêtes c'est jamais l'idéal.

Déjà lu?