Aussi balèze que dans Minority Report: la Chine veut utiliser la technologie pour prédire les crimes

En Chine, le futur c'est maintenant. La police collabore avec des entreprises pour créer un système pour prédire les crimes grâce aux technologies de reconnaissance faciale et d'intelligence prédictive. Ce qui serait révolutionnaire, mais aussi un peu flippant.

Dans le film Minority Report, Tom Cruise court après les bad guys en suivant les conseils des "extra-lucides", qui s'appuient sur la technologie pour prédire les crimes. L'action se déroule en 2054 à Washington mais il faut croire que cela a inspiré les autorités chinoises, qui travaillent actuellement sur un système équivalent, assure le Financial Time.

"Si la personne achète aussi un sac et un marteau..."

Pour prédire les crimes, les autorités chinoises veulent utilises la reconnaissance faciale et la combiner avec l'intelligence prédictive. La police serait ensuite prévenue à temps pour empêcher un méfait.

L'entreprise Cloud Walk, spécialisée dans la reconnaissance facile, a mis par exemple en place un système qui utilise les données des individus sur leurs mouvements et leurs comportements pour anticiper les crimes. "Bien sûr, si quelqu'un achète un couteau de cuisine, c'est OK, mais si la personne achète aussi un sac et un marteau après, alors elle devient suspecte", a expliqué un porte-parole de Cloud Walk au Financial Time.

De la même façon, la démarche d'une personne au milieu d'une foule peut être analysée puis jugée dangereuse par le logiciel. Pour résumer, ce système va utiliser la reconnaissance faciale pour reconnaître une personne qui passe devant les caméras. Ses faits et gestes vont être scrutés et analysés. Et grâce à l'intelligence prédictive, cela doit permettre d'anticiper les crimes. Légèrement flippant: est-ce vraiment infaillible?

Et la question juridique?

L'entreprise s'appuie aussi sur la base de données de la police dans près de 50 villes et provinces pour suivre des personnes "à risques" (avec donc des antécédents judiciaires), plus susceptibles de commettre un crime que d'autres personnes lambda. Ces personnes peuvent difficilement échapper aux autorités avec les nouvelles technologies: la Chine est l'un des pays avec le plus de caméras de surveillance au monde. Il y en aurait 176 millions à travers le pays et leur nombre continue à croître. Les lecteurs à reconnaissance faciale sont également très utilisés, parfois pour n'importe quoi, comme pour éviter les vols de PQ dans les toilettes publics...

Le Financial Time assure que ce système de lutte contre le crime est déjà utilisé, mais ne précise pas s'il s'est déjà révélé efficace, avec de possibles arrestations. Et si tel était le cas, viendrait alors la question juridique: peut-on vraiment arrêter une personne qui s'apprêterait à commettre un crime à en croire la technologie? Le Financial Time explique que les suspects pourraient quand même être accusés et qu'il leur serait difficile de se défendre, même sans réelle preuve, à cause du système judiciaire chinois.

Déjà lu?