"Ils vous adorent en France": voilà le gros mensonge qu'Emmanuel Macron aurait balancé à Donald Trump pour qu'il vienne à Paris

Il ne se passe plus un jour où Donald Trump ne nous fasse pas rire. Trois journalistes du New York Times l'ont récemment interviewé sur ses rapports avec la Russie, la Chine, Hillary Clinton, ou encore son ministre de la Justice, Jeff Sessions (qu'il "regrette" d'ailleurs d'avoir embauché, à cause de sa gestion du dossier russe). Mais il est aussi brièvement revenu sur sa visite en France la semaine dernière, et ses propos sont plutôt surprenants.

Ce n'est un secret pour personne, Donald Trump et Emmanuel Macron ne sont pas tout à fait sur la même longueur d'onde, surtout quand il s'agit du climat et du retrait des États-Unis de l'Accord de Paris. Et pourtant, le président américain a adoré sa récente visite à Paris et est même devenu pote avec son homologue français.

Du moins, c'est ce qu'il pense. Dans une interview accordée à trois journalistes du New York Times dans le Bureau ovale et publiée ce jeudi, Trump a d'abord décrit le président français comme "un type super", "très respectueux" et "une très bonne personne". "Il est intelligent. Et un type fort, mais voyez-vous, il faut qu'il le soit. Je pense qu'il sera un président super pour la France", a-t-il ensuite précisé.

"Il adore me prendre la main"

Le plus stupéfiant, c'est qu'il a ajouté à la fin de sa phrase: "et il adore me prendre la main". Faut-il rappeler ses traditionnelles poignées de main longues, intrusives et franchement gênantes? Il a continué à insister: "Les gens ne réalisent pas à quel point il adore me prendre la main. Et c'est très bien, dans une certaine mesure". C'est clair qu'il a multiplié les poignées de main avec Macron, mais la question est de savoir si ce dernier a réellement pris du plaisir à se faire secouer le bras comme un pommier.

Il est également revenu sur l'invitation de Macron à venir célébrer sur le sol français le centenaire de l'entrée en guerre des États-Unis aux côtés des troupes françaises durant la Première Guerre mondiale, le 14 juillet dernier. "Il m'a appelé et m'a dit: 'j'aimerais vous avoir ici et vous honorer en France'", a-t-il raconté. Mais il n'était au début pas sûr d'accepter: "Quand il m'a demandé, j'ai dit: 'vous êtes sûr que c'est une bonne chose que j'aille à Paris? Je me suis retiré de l'Accord sur le climat la semaine dernière... C'est une bonne chose?'".

Et là, Emmanuel Macron aurait insisté en lui lâchant: "Ils vous adorent en France". Bon, pas sûr que ce soit le cas de tous les Français... Du coup, Trump a finalement répondu: "D'accord, je ne veux pas vous vexer'".

"La parade était top de chez top"

Enfin, il a évoqué le défilé militaire sur l'avenue des Champs-Élysées. "La parade sur la prise de la Bastille était top de chez top. Je veux dire, elle était bien plus grosse que les parades habituelles. Il devait y avoir 200 avions qui tournaient au-dessus de nos têtes. Normalement, vous avez quelques avions, et c'est tout, comme la parade du Super Bowl. Tout le monde devient dingue, et voilà (...) Il y avait tellement de sections différentes, peut-être 100.000 uniformes, divisions et groupes différents. Ensuite, il y a eu les retraités, les anciens, ceux qui ont hélas été blessés. Tout était incroyable", s'est-il enthousiasmé.

Mais il était surtout soulagé que la parade soit "limitée" dans le temps. "C'était deux heures seulement, et puis c'était fini. Ça n'a pas duré toute la journée. Vous n'aviez pas envie de partir, mais vous étiez obligé", a-t-il précisé. Et pourtant, vu la moue qu'il tirait pendant que l'Armée française défilait sur le titre des Daft Punk Get Lucky, on aurait plutôt imaginé qu'il s'ennuyait...

Allez, franchement, tu as l'impression que Macron kiffe les poignées de main de Trump?

Et voilà la vidéo de l'animation de clôture, où Trump n'avait pas franchement l'air emballé

 

Déjà lu?