La moitié du monde est pris dans les flammes: il n'y a jamais eu autant de feux de forêt que maintenant

Le nombre de feux de forêt augmente chaque année dans les pays situés autour de la Méditerranée. Actuellement, on en trouve partout: au Portugal, en Grèce, en Italie, en France et dans les Balkans. Au-delà du continent européen, c'est tout l'hémisphère nord qui semble s'embraser. La raison? Le réchauffement climatique. Conséquence: la surface brûlée a augmenté de 6% par rapport à il y a cinq ans. Et ce chiffre a tendance à augmenter: de nombreux modèles prédisent que les feux de forêt vont connaître un accroissement exponentiel. 

Des immenses feux de forêt sévissent en Espagne et au Portugal déjà depuis le mois dernier. Au Portugal, plus de 60 personnes y ont d'ailleurs perdu la vie.

Au Monténegro, 300 personnes ont dû être évacuées hier. En Bosnie, la ville historique de Mostar est menacée et en Croatie, ça brûle à différents endroits le long de la côte.

En fait cette année, plusieurs vagues de chaleur se sont succédé. Combinées à des vents forts, tout est réuni pour faire embraser nos forêts.

Le changement climatique est la principale cause de la montée des températures. C'est donc l'humanité qui est la principale responsable de ces feux de forêt même si l'on parle souvent de causes naturelles. C'est d'autant plus le cas au Portugal où les nombreuses plantations d'eucalyptus posent problème.

La Sibérie, également en proie aux flammes

En Sibérie, la température moyenne a augmenté dans une proportion plus importante que dans les autres parties du monde. Depuis novembre, la Sibérie est déjà à quatre degrés au-dessus de la moyenne, et ça empire de mois en mois.

A cause des fortes températures, la probabilité des feux de forêt s'accroît: pour le moment, davantage de forêts ont brûlé que sur les 10.000 dernières années. Et le futur ne s'annonce pas meilleur pour les prochaines décennies.

La plupart des feux de forêt en Sibérie se sont déclenchés fin juin. Il y a donc déjà plus de 700 km² qui sont partis en fumée, rien que pour la partie sud de la région.

Et comme si ça ne suffisait pas: les forêts sibériennes stockent plus de 30% du carbone sur terre. Avec leur combustion, c'est autant de CO2 qui reste dans l’atmosphère. Et ça contribue à une accélération de l'effet de serre.

Le Canada et l'ouest des Etats-Unis

La partie ouest des Etats-Unis et le Canada ne sont pas épargnés non plus. Des dizaines de milliers de personnes ont dû se résoudre à quitter leur domicile depuis le début de la semaine dernière. La Californie et la province canadienne de Columbia sont particulièrement touchées.

En Californie, un feu énorme fait rage dans la Sierra Nevada. Ailleurs, il n'y a pas moins de 14 feux de forêts qui ne sont toujours pas maîtrisés par les pompiers.

Dans le reste de l'ouest des Etats-Unis, les feux atteignent maintenant les Etats du Colorado, de l'Oregon, du Nevada et de l'Arizona. Pour ce dernier, une ville de plus de 1.000 habitants (Dudleyville) a été totalement évacuée.

Au Canada, plus de 200 feux font rage dans la province de British Columbia depuis ce week-end. L'état d'urgence a été déclaré. Des dizaines de buildings et d'habitations ont brûlé et plusieurs dizaines de milliers de personnes ont dû fuir les flammes.

Et le feu n'est malheureusement pas encore près de s'estomper: les jours qui viennent s'annoncent chauds et le sol est sec. La pluie n'est plus tombée depuis des semaines.

C'est qui le suivant?

Chaque année, 180.000 km² de forêts disparaissent de la surface de notre planète. C'est semblable à la taille du Portugal. Chaque année. Pourquoi? Principalement au profit de terres cultivables: les plantations remplacent ainsi les arbres.

Si nous continuons sur cette voie - et tout indique que oui - on pourrait bien ne plus avoir de forêt du tout d'ici la fin du siècle.

Les feux de forêt, eux, sont responsables pour un quart de leur disparition. Et même si un grand nombre d'entre-eux sont causés par des idiots qui jouent littéralement avec le feu, le réchauffement climatique contribue à faire augmenter la probabilité d'embrasement.

Nous avons tendance à penser que tout ira mieux si nous réduisons les émissions en CO2 (ce que nous devons faire), mais la réalité c'est la continuelle sous-estimation du changement climatique par nos dirigeants politiques. Or pour certains experts, un retour en arrière est déjà impossible.

Au tempo actuel, à la fin du 20e siècle, 60% des surfaces boisées vont disparaître, c'est l'équivalent de quatre milliards de km².

Le problème est que tout s'accélère. Pour l'instant de 5,2%, mais nous ne sommes qu'au début du réchauffement climatique, les modèles établis par les scientifiques prédisent que les feux de forêt vont augmenter de façon exponentielle.

Déjà lu?