Plus d'Obamacare mais toujours pas de Trumpcare: les États-Unis se disputent sur la santé

À peine élu Président des États-Unis, Donald Trump a voulu remplacer l'Obamacare par un Trumpcare. Soit remplacer un projet de protection sociale par un autre, pensé à sa manière. Mais même les Républicains ne veulent pas de cette dernière proposition.

Les États-Unis vont se retrouver sans assurance de santé pendant un moment. Le projet de réforme du système de santé américain Obamacare entamé par l'ancien président Barack Obama devait assurer une protection sociale aux Américains à de moindre frais. C'était une des mesures phares du gouvernement Obama et elle était censé éviter 45.000 décès par an.

Pour Trump, c'était l'ennemi à abattre. L'actuel président des États-Unis a fait de la suppression de cette réforme un argument de campagne. Arrivé au pouvoir, il a tout mis en oeuvre pour virer l'Obamacare et la remplacer par une nouvelle réforme du système de santé, auréolée de son propre nom cette fois. Lundi soir, les sénateurs américains ont voté pour sa suppression mais ils n'ont pas réussi à s'entendre pour la remplacer par la Trumpcare. Du coup, les États-Unis vont devoir attendre avant d'avoir une protection sociale digne de ce nom.

Même les Républicains n'en veulent pas

Le fait est que la Trumpcare ne convainc pas, même au sein des partisans de Trump. Plusieurs sénateurs républicains pensent que cette nouvelle loi serait néfaste pour les plus vulnérables. Le projet devrait encore taxer les plus riches mais il permettrait aux assureurs d'offrir moins de couverture et d'imposer de fortes coupures aux soins de santé pour les pauvres.

Les sénateurs Mike Lee et Jerry Moran ont rejoint les sénateurs Rand Paul et Susan Collins, qui étaient également opposés au projet de loi. Avec ces deux nouveaux opposants, les Républicains - qui détiennent 52 sièges - n'ont plus assez de voix pour voter au Sénat qui compte 100 membres.Dans le camp de Trump, ça sent chaque fois plus la défection.

Déjà lu?