Bonne nouvelle pour les animaux, moins pour les enfants et les forains: Bruxelles va interdire les poneys dans les foires

Annoncé en avril dernier, la secrétaire d'État bruxelloise au Bien-être animal, Bianca Debaets (CD&V) l'a confirmé ce samedi: Bruxelles interdira les manèges à poneys à partir du 1er janvier 2019 sur ses 19 communes. Une super nouvelle pour les animaux, en espérant que les forains auront le temps de se retourner.

La balade à dos de poney, c'est un peu the attraction que tous les enfants adorent. Sauf que ces pauvres bêtes qui tournent en rond à longueur de journée dans une atmosphère bruyante et stressante ne sont pas toujours très bien traitées. Du coup, le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a décidé de prendre le taureau par les cornes et d'interdire complètement ces manèges.

C'est ce qu'a annoncé ce samedi la secrétaire d'État au Bien-être animal Bianca Debaets (CD&V), le jour-même où la Foire du Midi ouvre ses portes. On n'aurait pas pu mieux faire en terme de timing. Ce changement ne sera toutefois pas pour tout de suite, puisque l'interdiction ne sera d'application qu'à partir du 1er janvier 2019, sur le territoire des 19 communes que compte la Région bruxelloise.

Les huit communes bruxelloises qui accueillent actuellement au moins une animation foraine offrant une rencontre avec des poneys pourront donc continuer leurs activités pendant quelque temps encore.

"Des conditions totalement irrespectueuses"

Bianca Debaets affirme que sa nouvelle mesure profitera avant tout aux animaux et aux amis des animaux. "J'ai reçu plusieurs plaintes de citoyens et d'organisations de défense des animaux évoquant des conditions totalement irrespectueuses réservées aux poneys de foire", se justifie-t-elle ainsi à Belga. Selon elle, "il existe des endroits plus appropriés" pour que les enfants puissent rencontrer des poneys, comme les "fermes pédagogiques", cite-t-elle comme exemple.

Mais la question est: que deviendront les forains? "En collaboration avec le secteur, j'élaborerai des mesures transitoires et formulerai des propositions visant à réorienter les forains concernés", précise encore la secrétaire d'État. Les forains auront donc un an et demi pour se retourner, et des mesures devraient être mises en place pour les aider à se recycler dans une autre activité.

Après Gand, Anvers, Bredene, Louvain et Waterloo

Face à cette annonce, l'association de défense des animaux GAIA a, elle, sauté de joie. "C'est une excellente nouvelle", a-t-elle réagi dans un communiqué posté sur Twitter. D'ailleurs, Bruxelles n'est pas la première en la matière, plusieurs communes appliquant déjà cette interdiction. C'est le cas de Gand, Anvers, Bredene, Louvain et Waterloo.

Mais au niveau régional, Bruxelles ouvre la voie. Au sud du pays, une interdiction graduelle, mais pas encore complète, a été décidée en septembre 2016 par le ministre wallon du Bien-être animal Carlo Di Antonio (cdH). Ainsi, les forains ne peuvent plus se lancer dans cette activité, mais ceux qui exerçaient déjà ce métier avant que la décision soit prise peuvent continuer, afin de ne pas être pénalisé.

Du coup, Gaia invite "vivement" les ministres wallon et flamand à suivre la voie tracée par Bruxelles.

Déjà lu?