Ecolo détient la clé et le cdH inquiète de plus en plus le MR: journée décisive pour la nouvelle coalition wallonne

Ce jeudi, MR, cdH et Ecolo doivent entériner un accord sur la bonne gouvernance. Sauf qu'on ne sait pas si cela se fera tant il y a encore de points de désaccord. Deux logiques s'affrontent: celle du tandem MR-cdH et celle d'Ecolo, et on ne sait pas très bien comment cela va se terminer. Même au sein du duo, la tension est palpable.

On y est. Suite à la réunion qui doit se tenir à 16h à la Chambre, on saura probablement si Ecolo se joindra ou pas à la future coalition wallonne. Mardi, le trio MR-cdH-Ecolo s'est entendu sur pas mal des 82 mesures proposées par les verts. Mais des désaccords subsistent: ainsi, le décumul intégral et l'intégration des rémunérations privées dans le plafonnement des revenus (150% de l’indemnité parlementaire) ne font toujours pas l'unanimité.

On ne sait donc vraiment pas comment ça pourrait se terminer ce jeudi. Ecolo pourrait camper sur ses positions et ne rien concéder au duo MR-cdH. En réponse, le tandem pourrait finalement décider de se passer des verts en vue d'instaurer une prochaine coalition en Région wallonne.

Deux logiques

En fait, ce sont deux approches qui s'affrontent. Ecolo veut avancer sur la bonne gouvernance avant toute chose, et avec la plus grande majorité possible. C'est pourquoi les verts rencontreront le PS, Défi et le PTB pour en discuter. Car certaines de leurs mesures nécessitent la majorité des deux tiers au Parlement. Et tous ont encore en tête la volonté des trois partis traditionnels de détricoter en novembre dernier le décret sur le décumul, note Le Soir. Ecolo veut donc bétonner la chose, pour avancer sur les coalitions ensuite.

Sauf que si on en croît les bruits de couloir enregistrés par la Libre, la base du parti ne voudrait pas aller au pouvoir avant 2019: "On discute avec le CDH et le MR mais uniquement sur la gouvernance. On n’a pas parlé ni de socio-économique, ni même d’environnement… Ce n’est pas le moment opportun de revenir dans un gouvernement. Je rappelle qu’on n’a que quatre députés au Parlement wallon!". Il y aurait "un quasi-consensus" au sein d'Ecolo.

Du côté du MR et du cdH, on met en avant la nécessité d'avancer sur les thèmes socio-économiques et sur la constitution de nouvelles majorités justement. Ecolo est dans une logique parlementaire alors que le tandem MR-cdH est dans une logique gouvernementale. Benoît Lutgen tente de concilier les deux, le MR s'impatiente.

Le cdH inquiète le MR

Les libéraux voient leur partenaire souffrir au sein du gouvernement wallon comme on en a eu la preuve hier en séance plénière. Si le vote sur le rapport d'enquête Publifin a été voté à l'unanimité, d'autres dossiers ont exacerbé les tensions.

PS et cdH se mettent des bâtons dans les roues. Les pugilats ont même volé hier à Namur. En plus, certains députés humanistes sont dans la tourmente: alors que Maxime Prévot a été critiqué pour sa gestion des mendiants à Namur, c'est au tour de Dimitri Fourny qui est accusé de conflit d'intérêts. Et on ne parle pas ici de son invitation à un match des Diables rouges par EDF Luminus. Le bourgmestre de Neufchâteau est avocat de l'intercommunale Vivalia dont sa ville est membre. Jamais un bon signal quand ton parti a décidé de débrancher la prise pour ce genre de pratiques.

Aussi, la députée cdH Isabelle Stommen s'est désolidarisée de son parti en s'associant avec le PS et Ecolo sur un texte visant à soumettre un système de parité (genre) dans les collèges communaux. Le problème est maintenant réglé mais a laissé quelques traces sur les murs.

Le cdH inquiète son partenaire privilégié: le MR veut aller vite mais le cdH le freine du fait qu'il est toujours associé au PS au sein de l'actuel majorité. On a même parfois l'impression qu'ils ne sont pas sur la même longueur d'onde. Nouvelle preuve hier en séance plénière: alors que le PS pousse à inscrire en urgence sa fameuse loi sur la suppression de la télé-redevance, cette urgence a été rejetée de justesse par 37 voix (MR-cdH) contre 32 (PS, Ecolo, PTB). Si le vote avait eu lieu le matin, seuls 5 députés humanistes sur 13 étaient présents au Parlement, alors qu'ils étaient 24 sur 25 du côté des libéraux. Preuve que la future majorité, si elle doit se faire à deux en Wallonie, est toute fragile.

Déjà lu?