De plus en plus gênant: le fils de Trump savait qu'il allait recevoir des informations compromettantes à propos de Clinton

Hier, on apprenait que le fils aîné de Donald Trump avait rencontré une avocate russe qui prétendait avoir des informations compromettantes sur Hillary Clinton durant la campagne. Maintenant, un e-mail prouve qu'il savait bel et bien qu'il allait recevoir des informations sur la rivale démocrate. Cela renforce les suspicions comme quoi Moscou aurait soutenu la candidature de Trump. 

Ces dernières informations ne vont vraiment pas améliorer l'image de Donald Trump qui est déjà assez chaotique.

En effet, le fils du président des Etats-Unis, Donald Trump Jr. a rencontré une avocate qui avait des liens avec le Kremlin et qui avait des informations "compromettantes" à propos de Hillary Clinton.

Parmi les autres présents à la réunion, il y avait Jared Kushner, l'actuel conseiller du président américain, ainsi que le directeur de campagne de l’époque, Paul Manafort.

Selon Trump Jr., l'avocate "n’avait aucune information intéressante". Et il a toutefois avoué dans un tweet que c'était selon lui "normal" de recevoir des informations compromettantes à propos d'un rival politique".

Il a ensuite ajouté que le vrai but de cette réunion était de discuter à propos de l'adoption d'enfants russes par des couples américains dans le cadre d'un programme suspendu par Vladimir Poutine. Et hier encore, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a affirmé que le Kremlin ne "connaissait pas cette personne (l'avocate) et qu'il ne pouvait pas être au courant "des rencontres de tous les avocats de Russie que ce soit à l’intérieur du pays comme à l’étranger", rapporte le journal 20 minutes.

Cela devient difficile à croire, car avant cette réunion Trump Jr. aurait reçu un e-mail venant d'un publiciste britannique du nom de Rob Goldstone qui expliquait que les informations qu'il allait recevoir faisaient partie du plan du gouvernement russe afin de soutenir la candidature de Donald Trump.

Et maintenant?

Cela met bien la Maison Blanche dans l'embarras. En effet, c'est le premier élément public qui prouve qu'il y avait bel et bien une connexion entre l'équipe de la campagne de Trump et la Russie. Cela veut dire que le camp de Trump a accepté l'aide d'un autre pays pour démonter Clinton.

Que dit Donald Trump? Ses avocats ont affirmé que le président "n'était pas au courant de cette rencontre et n'y a pas participé".

Car oui, plusieurs enquêtes sont en cours pour le moment, dont l'une est menée par le FBI à propos des liens entre Moscou et l'équipe de Donald Trump.

Cela a plusieurs conséquences assez néfastes pour l'actuel président. En effet, ce dossier endommage les relations russo-américaines. Cela sème aussi des conflits au sein du parti républicain.

Durant le G20 qui a eu lieu ce week-end, Trump a affirmé avoir "fermement interrogé le président Poutine à deux reprises sur son intervention dans l'élection". Le président russe aurait "catégoriquement nié" cette prétendue information.

Bref, ça pue un peu tout ça pour la Maison Blanche.

Lisez aussi