Ce sera "hard": le gouvernement Michel a encore du boulot pour boucler le budget, l'équilibre pourrait être encore reporté

Le comité de monitoring s'est prononcé, le gouvernement est maintenant à la recherche d'argent: il manque 87 millions pour boucler le budget 2017, 4,2 milliards pour celui de 2018 et 7,7 milliards pour 2019. Des sommes importantes qui pourraient mener à un report de l'équilibre budgétaire. La deuxième voie empruntée pourrait mener à un non-respect de cet équilibre, alors qu'il est vivement préconisé par l'Europe. 

Le gouvernement Michel a beau se distribuer des bons points - à raison si on regarde les chiffres de l'emploi - il est en train de butter sur le budget. Tout le week-end, les ministres du gouvernement fédéral se sont réunis à Bruxelles pour tenter de trouver des sous. Des sous indispensables s'il veut mettre en place ses réformes et présenter les efforts déjà accomplis.

Report ou non-respect

Mais au delà du budget 2017, le gouvernement fédéral doit retrouver l'équilibre budgétaire. Et c'est de ce côté que ça bloque complètement: après un report de 2018 à 2019, on se dirigerait maintenant vers 2020 pour respecter les critères de déficit budgétaire imposés par l'Europe: “Je ne vois pas comment on pourrait faire autrement que de reporter à 2020: c’est plus que jamais le moment de trouver le juste équilibre entre austérité et audace”, confie une source proche du dossier à La Libre.

Mais un autre chemin pourrait être emprunté: ne pas respecter du tout les critères européens en matière de contrôle du déficit public. Peu importe le scénario vers lequel on se dirige, ces deux pistes permettraient au gouvernement Michel de se donner du temps et d'achever ses réformes économiques et fiscales.

Sécurité sociale

A propos de recettes fiscales, Johan Van Overtveldt (N­VA), le ministre des Finances, a déjà annoncé qu’il n’entendait pas toucher au “tax shift”. Pour rappel, il s'agit d'une réforme fiscale qui vise à aller chercher l'argent ailleurs que dans la taxation du travail. La cible principale du gouvernement Michel? La sécurité sociale dont le budget a augmenté de 10% sur trois ans (soit 6 milliards d'euros). Cette façon d'aller puiser dans les caisses de la sécurité sociale constitue le premier point de conflit avec l'opposition, qui ne se gène pas pour le dire. Au sein même de la majorité, le CD&V et Kris Peeters indiquent qu'il ne faut plus y toucher.

Au rayon des bonnes nouvelles pour le gouvernement fédéral, il y a cette augmentation inattendue des recettes fiscales de l'ordre de 500 millions d'euros. Elles atteindraient les 115,6 milliards pour 2017. Deux rencontres du Kern, le conseil des ministres restreint, sont encore au programme pour trouver une solution pour équilibrer le budget. Mais ce sera "hard".

Déjà lu?