Le sexe est de plus en plus dangereux, même par voie orale: la chaude-pisse devient impossible à soigner

La gonorrhée, aka la chaude-pisse, est de plus en plus difficile voire impossible à traiter. C'est le cri d'alarme lancé par l'Organisation Mondiale pour la Santé, qui met en garde contre l'évolution de cette maladie sexuellement transmissible, même par voie orale.

Peut-être que tu as déjà eu la chaude-pisse après un rapport sexuel. Si oui, tu ne souhaites à personne de connaître la douleur qui survient au moment où tu dois uriner, le liquide de couleur jaunâtre qui peut s'écouler de ton sexe ou encore l'infection de la gorge ou du rectum possible à cause de cette saloperie de MST. Elle est particulièrement dangereuse pour les femmes, qui risquent encore plus de connaître les complications liées à cette maladie: cela peut entraîner des grossesse extra-utérines ou encore la stérilité.

Des cas incurables en France

Le problème avec la chaude-pisse (ou gonorrhée de son petit nom scientifique), c'est qu'elle devient de plus en plus résistante aux antibiotiques. Et donc de plus en plus difficile, voire impossible, à soigner. C'est qu'annonce l'Organisation Mondiale pour la Santé ce vendredi. "La bactérie responsable de la gonorrhée est particulièrement intelligente. À chaque fois que nous utilisons une nouvelle classe d’antibiotiques pour traiter l’infection, la bactérie évolue pour y résister", explique le Dr Teodora Wi, médecin du Département Santé reproductive à l’OMS.

Un sacré problème alors que cette MST se transmet notamment lors d'un rapport sexuel non protégé, même anal ou oral. Selon l'OMS, près de 78 millions de personnes seraient ainsi infectées par la chaude-pisse chaque année dans le monde. Comment expliquer ce nombre si élevé? Par la faible utilisation du préservatif malheureusement. À en croire une étude menée par l'OMS dans près de 77 pays, des cas de chaude-pisse incurables ont été détectés au Japon, en Espagne ou en France. Mais cela la situation serait pire: beaucoup de cas de chaude-pisse sont enregistrés dans des pays pauvres, où il est plus difficile d'estimer le degré de résistance de la maladie car il n'y a pas les infrastructures pour effectuer ce genre de test.

Commence par te protéger

Au passage, l'OMS en profite pour taper sur les laboratoires pharmaceutiques, coupables selon elle de ne pas assez travailler pour le développement de nouveaux vaccins pour ce genre de maladie, car cela n'est pas assez rentable pour eux...

"La mise au point de nouveaux antibiotiques n’est pas très attrayante pour les laboratoires pharmaceutiques commerciaux. En effet, les traitements sont administrés uniquement pendant de courtes périodes (contrairement aux médicaments contre les maladies chroniques) et ils deviennent moins efficaces à mesure que la résistance se développe, ce qui signifie qu’il faut constamment reconstituer le stock de nouveaux médicaments", critique l'OMS.

Pour l'OMS, la réponse à ce problème passera par de nouveaux traitements et de nouveaux médicaments pour soigner la chaude-pisse. Tu peux aussi commencer par te protéger au moment de faire l'amour, cela t'évitera bien des mauvaises surprises.

Déjà lu?