Si tu as envie de t'offrir une balade à dos d'éléphant pendant tes vacances, il faut que tu saches tout ça avant

Les balades à dos d'éléphant sont très prisées des touristes en Asie. Mais ce que de nombreux touristes ne savent pas encore, c'est que les animaux ont des conditions de vie épouvantables derrière cette attraction. L'ONG World Animal Protection tire encore le signal d'alarme.

C'est quelque chose auquel il est difficile d'échapper en Inde, au Sri Lanka, en Thaïlande, au Laos ou Cambodge voire au Népal: les balades à dos d'éléphant. Il y a aussi des endroits où les éléphants font des sortes de tours, comme dans les cirques, pour les touristes. Mais dans la plupart des cas, l'envers du décor est beaucoup moins cool pour les pauvres bêtes, comme l'explique la World Animal Protection.

Conditions de vie inacceptables

Dans un communiqué, cette association de défense des animaux expliquent que de plus en plus d'éléphants sont victimes d'abus et sont capturés dans la nature pour satisfaire les besoins des touristes. 220 sites touristiques où les éléphants sont utilisés pour satisfaire les touristes en Asie ont été visités, dans six pays d'Asie: près de 77% des 3.000 éléphants ont ainsi des conditions de vie inacceptables en captivité.

"Les éléphants sont généralement attachés à de grands bâtons avec des crochets pointus", explique Herman Volcker de la World Animal Protection à RTL Nieuws. Souvent enchaînés à longueur de journée (avec une chaîne de moins de 3 mètres...) et "libérés" quand les touristes veulent profiter de leur présence, les éléphants doivent aussi vivre avec la musique très forte qui est jouée dans les parcs à thème où ils sont. La World Animal Protection évoque aussi une mauvaise nourriture et des sois vétérinaires réduits... Ce n'est pas pour rien que TripAdvisor a décidé de retirer ce type d'attraction de son site.

Alors bien sûr, certains parcs offrent des conditions de vie décentes à ces animaux, mais il s'agit là d'une minorité. "Beaucoup de touristes voient les éléphants comme le point culminant de leurs vacances. Cependant, il y a souvent un manque de prise de confiance des souffrances causées par les balades à dos d'éléphant et les spectacles, leur enthousiasme serait douché", assure Steve McIvor, le CEO de la World Animal Protection.

La World Animal Protection va donc financer des projets alternatifs à ces parcs, dans lesquels les éléphants pourront vivre en liberté, comme dans des sanctuaires déjà existants. Elle va également aider les parcs dans lesquels les éléphants sont bien traités, afin de valoriser ces projets qui offrent une meilleure vie aux animaux et qui ne cachent pas la vérité aux touristes. Suffisant pour faire changer les mentalités?

Déjà lu?