Prépare-toi à voir débarquer les Français: le paquet de clopes pourrait bientôt coûter dix euros chez eux

Édouard Philippe, le Premier ministre français, est venu présenter une série de mesures en vue de mettre en place sa politique et celle du président Emmanuel Macron. Et il y en a une mesure en particulier qui ne devrait pas plaire à nos chers voisins fumeurs: l'augmentation (importante) du prix du paquet de cigarettes.

Au lendemain du discours de politique général d'Emmanuel Macron, c'était au tour d’Édouard Philippe de se mettre en scène devant l'Assemblée. Et il n'a pas une bonne nouvelle pour les fumeurs de l'hexagone: le prix du paquet, compris actuellement entre 6,5 et 7,10 euros, pourrait franchir la barre symbolique des 10 euros, soit une hausse de 40% (!), rapporte LCI.

Le Premier ministre français justifie son choix par le fait que le tabac "entraîne plus de 80.000 décès" par an en France. Cela en fait la première cause de mortalité évitable. Sans compter "que la consommation quotidienne de tabac augmente chez les adolescents". Précisons que le prix ne passera pas la barre des dix euros d'un coup mais que cela se fera progressivement.

N'empêche: tu peux t'attendre à voir débarquer les Français du nord de la France en masse à la frontière belge. Chez nous, le paquet de cigarette coûtait en moyenne 5,5 euros en 2016 même si cela a encore un peu augmenté début 2017 (cf graphique).

Trajectoire inverse chez nous?

D'autant que le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), a récemment indiqué vouloir diminuer les accises sur le tabac pour rebooster la vente de cigarettes et la manne d'argent qui va avec.

La politique du gouvernement allait pourtant dans le sens inverse, mais en 2016, les accises sur le tabac ont rapporté 151 millions d'euros de moins que prévu. Et pour les premiers mois de 2017 c'est encore pire: le cabinet du ministre table sur une perte de 53,46 millions d'euros (soit 7,93 % en moins que pour la même période en 2016). La vente des cigarettes ayant diminué de 10 % et celle du tabac de 25 %.

Bon après, le ministre des Finances ne sera pas forcément écouté. Le débat fait rage avec ceux qui accordent plus d'importance à la santé publique. En plus, à la fin du processus, c'est le budget de la santé qui devrait en pâtir avec le développement des maladies liées au tabac. En tout cas, une baisse des prix chez nous serait une première en cinquante ans.

Déjà lu?