Ultime provocation: le missile lancé hier par la Corée du Nord était un "cadeau" aux "salauds d'Américains" 

Dans la nuit de lundi à mardi, la Corée du Nord a réussi son premier tir de missile balistique intercontinental. L'agence de presse du régime dictatorial de Kim Jong-un en Corée du Nord a balancé un message sans équivoque. Le missile était un "cadeau" pour "ces salauds d'Américains" le jour de la fête d'Indépendance. 

Le duel entre la Corée du Nord et les États-Unis est dans sa phase finale. Lundi soir, un nouveau missile a quitté les bases coréennes. Le missile a atteint une altitude de 2802 km et a parcouru 933 km en une quarantaine de minutes, mais aurait pu largement atteindre l'Alaska. La Corée du Nord a ensuite revendiqué avec réussi son premier tir de missile international. Maintenant, ils auraient la capacité de frapper n'importe quelle partie du monde. Dans un bulletin spécial, la Télévision centrale coréenne, le média de l'État, s'est vanté de cette "percée majeure dans l'histoire de notre république" qui a été commandité par Kim Jong-un.

Ultime pied de nez

Le tir a eu lieu dans la nuit de lundi à mardi, veille du jour de la fête de l'Indépendance aux États-Unis. C'est un ultime pied de nez à Donald Trump. L'agence de presse d'État a rapporté les propos du dictateur: "les salauds d’Américains ne seront pas très heureux de ce cadeau envoyé pour l’anniversaire du 4 juillet". Elle a ajouté que le missile tiré mardi avait la capacité de porter "une grosse tête nucléaire".

Kim-Jong un a déclaré que la longue confrontation avec Washington était entrée dans la "phase finale" et que Pyongyang ne mettrait pas un terme à ses tirs de missiles balistiques "à moins que la politique hostile des États-Unis et les menaces nucléaires ne finissent complètement". Le dictateur aurait également exhorté ses scientifiques à "envoyer fréquemment de grands et petits" paquets de cadeaux "aux Yankees".

Missile de longue portée

Du côté de la Russie, le ministre de la défense parle d'un missile à moyenne portée mais le secrétaire d'État des États-Unis, Rex Tillerson, a affirmé que le tir était bien un missile balistique intercontinental, soit de longue portée. Il a déclaré dans un communiqué: "Les États-Unis condamnent fermement le lancement par la Corée d'un missile balistique intercontinental. Le test d'un ICBM représente une nouvelle escalade de la menace pour les États-Unis, nos alliés et partenaires, la région et le monde. Toutes les nations devraient démontrer publiquement à la Corée du Nord qu'il y a des conséquences à la poursuite des armes nucléaires ".

À la demande des États-Unis, du Japon et de la Corée du Sud, le Conseil de sécurité des Nations unies tiendra une réunion d'urgence ce mercredi après-midi.

Déjà lu?