Vers une suppression totale des bancs solaires en Belgique? Seuls 12 des 199 centres inspectés sont "tout à fait en ordre"

Sur une période d'un an, plus d'un million de Belges ont fait un banc solaire. Pourtant, la preuve est faite qu'il favorise le développement du cancer de la peau. En plus, nombre de centres ne sont pas en ordre ou "ne fournissent pas d'informations précises". Le Conseil Supérieur de la Santé sort donc de sa réserve en militant pour une suppression totale des bancs solaires. La balle est maintenant dans le camp du monde politique.

Le Conseil Supérieur de la Santé veut frapper un grand coup: bannir purement et simplement les bancs solaires de notre territoire, rapporte La Libre.

Et ce pour un tas de raisons. D'abord parce qu'il existe des preuves scientifiques qu'une exposition aux rayons UV peut provoquer un cancer de la peau et d'autres maladies oculaires. Les derniers chiffres en Belgique datent de 2009 mais sont néanmoins inquiétants: sur une période de cinq ans (2004-2009), le nombre de cancers de la peau est passé de 11.000 à 32.000 cas. Et ce n'est que le chiffre officiel de la Fondation contre le Cancer.

Alors ok, tous ne sont pas le fruit d'un usage excessif des bancs solaires, mais le CSS se montre intransigeant: parce qu'il n'existe pas de niveau de seuil pour l'apparition de cancer cutané et donc pas de limite sure à recommander pour l'exposition aux UV. C'est leur deuxième argument.

Vitamines D? Le rayonnement naturel suffit

Par ailleurs, 9% des Belges utilisent un banc solaire en pensant bénéficier de plus de vitamines D, mais c'est faux: "L’utilisation du banc solaire n’est pas la meilleure manière de produire de la vitamine D. Une exposition minimale aux rayonnements UV naturels est suffisante pour produire assez de vitamine D. L’utilisation d’un banc solaire n’est donc pas nécessaire", note encore le CSS.

Les Belges font du banc solaire pour bronzer (62%) ou pour parfaire leur bronzage (44%). Cet usage avant-tout esthétique embête fortement le CSS. Sans compter que les Belges sont encore 47% à penser que le banc solaire prépare la peau au soleil avant les vacances, et évite ainsi les coups de soleil. C'est bien sûr totalement faux. En fait, certains Belges créent une véritable dépendance appelée tanorexie.

Et puis il y a les contrôles: sur les 199 centres inspectés l'année dernière, seuls 12 étaient "tout à fait en ordre" et fournissaient des informations précises. Pour rappel, depuis avril dernier, les centres de bronzage ont l'obligation de placer des avertissements en matière de santé à l'entrée ainsi que dans chaque cabine.

Prévenir 6.000 décès

Chiffres à l'appui, le Conseil Supérieur de la Santé a également indiqué les bénéfices d'une telle suppression: l'interdiction totale des bancs solaires pourrait prévenir "presque 6.000 décès sur une période de 50 ans. Les coûts pour les soins de santé pourraient également diminuer de 227,7 millions € grâce à une campagne de sensibilisation et de 238 millions € suite à l’interdiction totale des bancs solaires".

Mais leur usage est inscrit presque culturellement chez les Belges, bien plus que dans les pays voisins. Même si 94% de la population en connait les effets cancérigènes, 14% des Belges en ont fait l'usage en 2015. Au total, cela concerne plus d'un millions de Belges de 15 à 65 ans. C'est maintenant au monde politique de se positionner.

Déjà lu?