La communauté LGBT une nouvelle fois visée en Turquie: la gay pride est interdite pour la deuxième année consécutive

La "marche des fiertés" a été annulée en Turquie. Les autorités ont pris cette décision officiellement pour des raisons de sécurité. Ça fait maintenant deux voire trois ans que la communauté LGBT est privée de gay pride à Istanbul.

Depuis la fronde anti-gouvernementale de 2013, qui s’insurgeait contre "les dérives autoritaires et islamistes" du régime d'Erdogan, les autorités ont interdit tous les rassemblements sur la place Taksim. Si la marche de 2014 avait quand même été maintenue avec pas moins de 100.000 participants, le rassemblement de 2015 n'a pas eu la même chance, les autorités turques dispersant la foule à l'aide d'autopompes et de coups de matraque. Du coup en 2016, la gay pride avait fait l'objet d'une interdiction officielle. Ce sera encore le cas cette année.

Cette décision a été prise par le gouvernorat d'Istanbul officielement pour des raisons de sécurité, si on en croît un communiqué publié samedi. Notamment pour "la sécurité des touristes" et pour le maintient de "l'ordre public".

Pas de demande officielle

En fait, la marche a été organisée dans le plus grand secret sur les réseaux sociaux et elle devait se tenir ce dimanche à 17 heures. Mais quand les autorités ont appris la nouvelle, elles ont fait interdire la gay pride qui n'avait pas fait l'objet d'une demande officielle. Les autorités appellent donc la population à ne pas manifester ce dimanche et à respecter la décision.

Depuis la tentative de putsch avortée l'été dernier et les nombreux attentats commis sur le sol turc, le régime d'Erdogan s'est encore un peu plus durcis. Après le référendum qui lui a accordé des pouvoirs élargis, le président s'est fait une nouvelle fois remarquer cette semaine en supprimant la théorie de l'évolution des manuels scolaires. Au delà de ces deux actualités, c'est toute la frange progressiste de la Turquie qui fait l'objet de menaces et qui a du mal à s'exprimer.