C'est fini pour le patron d'Uber: Travis Kalanick s'est fait dégager de sa propre entreprise

C'est définitif: Travis Kalanick, le patron et fondateur de la société Uber quitte le navire. Pile une semaine après sa mise à l'écart qui était censé être provisoire, l'entreprise de mise en relation entre les passagers et les chauffeurs Uber ne lui aurait pas trop laissé le choix. Un départ précipité mais attendu.

Uber n'est pas au top de sa forme depuis quelques mois. Le groupe américain a décidé de faire le grand ménage au sein de sa direction afin de redorer son image. Accusations de harcèlement et de sexisme, discriminations au sein de l'entreprise, et vols de technologies à Google, Travis Kalanick serait à l'origine de tous ces maux.

Il y a une semaine, le patron d'Uber avait donc décidé de se retirer de ses fonctions provisoirement, le temps pour lui de prendre du recul et de faire également le vide suite au décès de sa maman. Mais ce congé sans solde s'est vite transformé en départ définitif.

Les démissions s'enchaînent

Ce n'est d'ailleurs pas le seul à quitter le groupe. Lundi, c'est Emil Michael, son bras droit, qui démissionnait. Sans parler de la mise à la porte d'une vingtaine de salariés quelques jours plus tôt, qui faisaient fait l'objet de plaintes pour harcèlement au travail. Fin mai, c'était d'Anthony Lewandowski dont il fallait absolument se débarrasser. L'ingénieur en herbe avait provoqué le scandale, accusé d'avoir volé 14.000 documents chez Google, son ancien employeur.

Un départ forcé pour Travis Kalanick

Le tour de Travis Kalanick st donc naturellement venu, soumis à la pression des grands actionnaires du groupe. Le fondateur de l'entreprise américaine se confiait d'ailleurs dans une lettre au New York Times: "J’aime Uber plus que tout au monde et, dans cette période difficile de ma vie personnelle, j’ai accepté la demande des investisseurs de me retirer pour qu’Uber recommence à se développer plutôt que d’être parasité par les difficultés".

Un nouveau départ pour Uber?

Uber compte bien remonter la pente et tenter de faire oublier tous ces scandales. Depuis hier, le groupe a d'ailleurs lancé une initiative "180 jours de changements" durant laquelle l'entreprise procédera à de grands changements de l'expérience Uber.

Uber va-t-il s'en sortir sans son numéro 1? L'avenir nous le dira!

Déjà lu?