Ça ne s'arrête plus: la cheffe de cabinet d'Olivier Chastel (MR) s'en est mis plein les poches en quelques mois au SFPI

Et encore une affaire qui concerne un politique. Cette fois, c'est Laurence Glautier qui est pointée du doigt. Actuelle cheffe de cabinet d'Olivier Chastel, président du MR, aurait gagné près de 60.000 euros en quelques mois en tant que présidente du conseil d’administration de la Société Fédérale de Participations et d’Investissement.

Il ne se passe pas un jour sans qu'un scandale visant une personnalité politique n'éclate. Pour commencer la semaine, c'est le MR qui est pointé du doigt, via Laurence Glautier. Cheffe de cabinet d'Olivier Chastel, président du parti, elle est installée depuis quelques mois comme présidente du conseil d'administration de la SFPI (Société Fédérale de Participations et d’Investissement). Et on peut comprendre pourquoi ça a tant bataillé pour chiper le mandat non exécutif de la socialiste Laurence Bovy, évincée à deux reprises en 2015 puis 2016.

60.000 euros en quelques mois

Selon le rapport annuel de la SFPI consulté par la Libre, Laurence Gaultier aurait touché près de 60.000 euros en seulement quelques mois en 2016. Son salaire s'élève à 32.445 euros pour cette période, plus 17.352 euros d'indemnités comme membre du CA. Auxquels il faut ajouter 8.400 euros pour son rôle de présidente du comité stratégique et 400 euros par séance de réunion du comité de rémunération, dont elle fait aussi partie, histoire de "cumuler" au sein d'une même structure.

Cela donne le total de 60.000 euros, qu'elle a touché en plus de son salaire au QG du MR. Sans compter de possibles autres rémunérations. La Libre précise que Laurence Glautier, nommée cheffe du cabinet de Chastel en 2014, est actuellement à l'étranger et n'a pas commenté ces informations. Le MR n'a pas non plus réagi pour l'instant.

Pour info, la SFPI est une société d'investissement et de holding public. Elle gère notamment les participations de l'État dans des entreprises dites "d'intérêt stratégique" pour le fédéral, comme Bpost ou Brussels Airport Company. Il faut aussi noter que Laurence Bovy a touché près de 40.000 euros pour quelques mois en tant que présidente du conseil d’administration de la SFPI en 2016, toujours selon la Libre. Ancienne proche collaboratrice de Laurette Onkelinx, elle a été nommée en décembre présidente de la société des eaux de Bruxelles.

Déjà lu?