Quand est-ce que ça va s'arrêter? Un autre scandale pousse encore un politique ucclois à la démission

Après la démission d'Armand De Decker (MR) de sa fonction de bourgmestre de la commune bruxelloise, la commune d'Uccle est à nouveau ébranlée. Jean-Luc Vanraes (OpenVld), le président du CPAS ucclois accusé de cumul abusif a démissionné. 

On aurait bien envie de dire que la légende urbaine selon laquelle les politiques sont tous pourris est en train de se vérifier. En tout cas, à Bruxelles, les scandales de cumul et compagnie, ce n'est pas encore terminé. En pleine recomposition de son collège, la commune se voit encore une nouvelle fois ébranlée après la démission d'Armand De Decker (MR), ancien bourgmestre.

Jean-Luc Vanraes (Open Vld) a démissionné aujourd'hui de sa fonction de président du CPAS de Uccle. L'homme est en effet pointé du doigt par la SRIB (Société régionale d'investissement de Bruxelles) qui dénonce un cumul interdit pour l'homme politique. Jean-Luc Vanraes cumulerait en effet cette fonction avec celle de vice-président du comité de direction de la Finance.brussels, la SRIB en d'autres mots.

Selon lui, il n'a rien à se reprocher, même s'il a préféré démissionner une fois les informations sur ses différents salaires dévoilées. Il a expliqué que pour lui, la situation ne pose pas de problème puisque la présidence du CPAS ucclois est un mandat public, tandis que sa fonction à la Finance.brussels, c'est un contrat privé même si l'entreprise est publique.

319.000 euros par an avec tous ses cumuls

Ce qui pose surtout problème dans cette affaire, c'est que cette homme qui cumulait 8 mandats et depuis aujourd'hui 7, gagne plus de 300.000 euros par an. Or, en théorie, la règle est que les rémunérations perçues ne peuvent pas dépasser 150% du salaire parlementaire. Mais cette règle n'est pas suffisamment claire. D'ailleurs pour se défendre, Vanraes a déclaré qu'il siégeait à titre privé à la SRIB et que donc ces rémunérations ne devraient pas être prises en considération. D'autant plus que le conseil d'administration de la SRIB a validé deux fois sa nomination, en toute connaissance de cause.

Bref, dans la tourmente, Vanraes a déclaré qu'il démissionnait " la mort dans l'âme" par respect pour le CPAS d'Uccle qu'il ne souhaite pas voir affaiblie.

Déjà lu?