Trump met fin à une partie de l'accord avec Cuba: les Américains ne peuvent plus faire de voyages privés sur l'île

Donald Trump a prononcé un discours explosif vendredi: il a déclaré vouloir mettre fin à l'accord que Barack Obama avait mis en place avec Cuba. Mais comme à son habitude plus de mots que de gestes, une grosse partie de l'accord devrait rester en place. Mais il va y avoir des restrictions sur le commerce et le tourisme.

Donald Trump a fait une annonce fracassante vendredi: il va annuler l'accord conclu entre les États-Unis et Cuba fin 2014 par Barack Obama. L'ancien président américain avait réussi à renouer des liens avec Cuba après 50 de gel diplomatique. Mais Trump a balancé tout cela du revers de la main. Selon lui cet accord "n'aidait pas les Cubains, il enrichissait le régime". Trump se fait fort de trouver un nouvel accord: "Maintenant que je suis président, l'Amérique va dénoncer les crimes du régime Castro". Il n'a pas hésité à parler "d'annulation", de "marché totalement inéquitable", de "régime militaire"... Bref, il voulait tout révolutionner.

Des grands mots pour... pas grand chose

Mais comme à son habitude Trump a fait un grand discours mais dans les faits, il n'y a pas tant de choses qui changent. Il compte garder une bonne partie des mesures qui ont été adoptées par Barack Obama. Il va instaurer des limitations au niveau des transactions avec les entités liées au régime et appliquer de manière plus stricte les restrictions sur les voyages vers l'île. Les voyages individuels seront interdits. Les voyages de groupe restent possible mais s'il y a un programme éducatif derrière.

Trump soudain intéressé par les droits de l'homme

On sait tous que les droits de l'homme, ce n'est pas le sujet de prédilection du président américain. Mais apparemment, ça ne lui pose aucun problème de les évoquer quand ça le sert. "Nous savons ce qui se passe et nous nous souvenons de ce qui s'est passé" a martelé le président. Il a appelé à la libération de tous les prisonniers politiques à Cuba. Il a aussi appelé au respect de la liberté d’association et d’expression, à la légalisation de tous les partis politiques et à l’organisation d’élections libres sous supervision internationale.

Déjà lu?