Madrid en a ras-le-bol des mecs qui s'assoient les jambes écartées dans les transports en commun et lance une nouvelle campagne

La capitale de l'Espagne a décidé de s'attaquer sérieusement aux hommes qui s'asseyent les jambes écartées dans les transports en commun. Les autorités du Transport ont lancé une nouvelle campagne, tout simplement parce qu'il est temps que tout le monde ait de la place pour s'asseoir.

Eh oh les mecs, c'est quoi ce délire de s'asseoir les jambes grand écartées? Dans les transports en commun, ce n'est pas très courtois pour les personnes assises sur le siège d'à côté. Surtout quand le métro, le train, le bus ou le tram est bondé. Dans le vocabulaire urbain, cet acte d'incivisme a un nom: le "manspreading". Mais l'expression "syndrome des couilles en cristal" existe aussi pour le qualifier.

En Espagne, les autorités du Transport ont décidé de réagir et de lancer une toute nouvelle campagne pour s'attaquer à cette mauvaise habitude. Concrètement, l'Entreprise municipale des transports de Madrid (EMT) va bientôt diffuser un pictogramme bien spécifique dans tous les bus de la capitale espagnole. Il s'agit d'un petit carré blanc entouré de bleu, dans lequel tu vois un bonhomme rouge assis sur un siège, avec les jambes écartées et les bras ouverts posés sur ses cuisses, empiétant donc clairement sur l'espace du siège voisin. Pour l'instant, aucune sanction n'est prévue pour les hommes qui feraient encore du "manspreading". Les autorités espèrent simplement que ce panneau fonctionne comme un rappel à l'ordre visuel.

C'est d'une pétition lancée par le collectif féministe Microrrelatos Feministas et signée par plus de 11.500 personnes, que l'initiative est partie. "Tous les transports publics ont des autocollants indiquant de laisser sa place aux femmes enceintes, aux personnes handicapées, aux personnes âgées et aux personnes qui ont des problèmes de santé, mais il y a autre chose qui nous affecte presque tous les jours quand nous utilisons les transports en commun: le manspreading", explique ainsi le mouvement sur la page de la pétition.

À quand en Belgique?

L'Espagne n'est pas le premier pays à avoir pris de telles mesures. "Cette nouvelle icône informative est semblable à ce qui existe déjà dans d'autres transports en commun du monde entier, pour indiquer qu'une posture qui dérange les autres est interdite", explique ainsi l'EMT sur son site internet. En 2014, par exemple, la MTA (Metropolitan Transportation Authority) de New York avait mis sur pied une campagne de sensibilisation à la courtoisie dans le métro, qui s'attaquait à l'écartement des jambes, mais aussi fait de manger ou de se remaquiller.

Et en Belgique? En décembre dernier, la députée Ecolo Céline Delforge avait soumis une proposition dans ce sens au parlement bruxellois, mais rien n'a visiblement abouti pour l'instant. Et pourtant, ce serait une bonne idée, non?

Déjà lu?