Theresa May ne s'encombre pas des droits de l'homme: elle les modifiera pour mettre en place ses mesures sur le terrorisme

Theresa May est sous pression depuis les derniers attentats qui se sont déroulés à Londres ce week-end. Deux des trois suspects étaient connus des services de police. Les britanniques questionnent l'efficacité des services de renseignement. La première ministre a donc voulu apporter une réponse forte: elle va mettre en place de nouvelles mesures et elle ne compte pas s'encombrer des droits de l'homme.

La Première ministre britannique essaye de grappiller quelques voix avant les élections législatives qui se déroulent le 8 juin. Elle mise tout sur l'agenda sécuritaire. Theresa May vient de déclarer qu'elle était prête à passer outre quelques droits de l'homme pour mettre en place des nouvelles restrictions concernant les personnes suspectées de terrorisme. Elle veut rendre la déportation de suspects de terrorisme étrangers plus facile et accroître les contrôles sur les extrémistes même s'il n'y a aucune preuve pour les poursuivre. "Et si les lois sur les droits de l'homme nous empêchent de le faire, nous modifierons ces lois afin que nous puissions le faire" a déclaré la Première ministre.

28 jours de détention sans procès?

Les nouvelles mesures pourraient impliquer de nouveaux couvre-feux, des restrictions d'association avec d'autres extrémistes connus, des contrôles sur l'endroit où ils peuvent voyager et des limites d'accès aux dispositifs de communication. May pourrait même augmenter la période pendant laquelle les suspects de terrorisme peuvent être détenus sans procès, cette période est actuellement de 14 jours. Elle a expliqué au Sun qu'elle consultait les agences de renseignement sur la marche à adopter: "lorsque nous avons réduit cette période à 14 jours, nous avons mis en place une législation qui autoriserait que ce soit prolongé à 28 jours. Nous avons dit qu'il pourrait y avoir des circonstances où il est nécessaire de le faire. J'écouterai ce qu'ils pensent nécessaire de faire. "

Theresa May est sous pression depuis les attentats survenus à Londres le week-end dernier. Deux des trois auteurs de l'attentat avaient été signalés aux autorités. Une grosse polémique sur l'efficacité des services de sécurité et de renseignement est en train de se développer au Royaume-Uni.

Déjà lu?