Nouveau rapport accablant: des agents russes auraient piraté les systèmes de vote aux États-Unis quelques jours avant l'élection

Un rapport top secret de la NSA vient de fuiter dans la presse, et il fait avancer à grands pas l'enquête sur la possible ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle américaine de novembre 2016. Des agents du renseignement militaire russe auraient hacké au moins un des fournisseurs de logiciel de vote aux États-Unis et envoyé des mails de phishing à des responsables électoraux locaux.

C'est un nouveau rebondissement dans l'affaire sur la possible ingérence des Russes dans les élections présidentielles américaines. Jusqu'ici, le FBI soupçonnait que la Russie ait influencé le résultat des élections en faveur de Donald Trump, mais sans grandes preuves. Selon de nouvelles révélations, les Russes auraient pénétré dans les systèmes de vote, bien plus en profondeur que les enquêteurs ne le pensaient.

Ainsi, des agents de la Direction générale du renseignement russe (GRU) auraient mené pendant plusieurs semaines une cyberattaque sur au moins une des entreprises privées qui fournissent les services d’inscription et d'équipements aux bureaux de vote locaux. Ils auraient également envoyé des mails de phishing à plus de 100 responsables électoraux locaux, quelques jours à peine avant l'élection présidentielle de novembre dernier. C'est ce que révèle le média américain The Intercept sur base d'un rapport classé top secret de la NSA (l'Agence de sécurité nationale).

Timing parfait

La publication de cet article a déjà eu de lourdes conséquences. Le département américain de la Justice a annoncé peu après que le FBI a arrêté Reality Leigh Winner, une employée de 25 ans qui travaillait à la Pluribus International Corporation (une agence qui fournit des analyses approfondies au gouvernement américain ainsi qu'à la Défense, aux services de sécurité et de renseignement). C'est elle qui aurait retrouvé, imprimé et divulgué l'une des informations ultra-confidentielles que The Intercept a pu se procurer.

En attendant, la NSA admet qu'il existe encore une grande incertitude quant à la réussite de ces piratages russes. S'ils correspondent chronologiquement à la fuite par WikiLeaks des e-mails du parti démocrate pendant la campagne électorale, il n'est pas encore certain qu'ils aient influencé les résultats en faveur de Trump.

Mais tout de même, cette fuite tombe à pic, elle survient deux jours seulement avant l'intervention de James Comey. L'ancien chef du FBI doit témoigner ce jeudi devant le comité de renseignement du Sénat sur les liens entre les Russes et la Maison-Blanche, puisqu'il enquêtait sur le dossier avant d'être limogé par Trump en mai dernier. Un discours très attendu et qui risquerait de mettre Trump dans une position plus qu'inconfortable...

Déjà lu?