Violences animales et infantiles? Pas de problème! Les règles de censure de Facebook ont fuité et c'est assez fou 

Pour la première fois, les lignes directrices de Facebook en matière de censure ont fuité. Certaines critiques veulent plus de contrôle de la part du réseau social pour éradiquer le contenu inapproprié. D'autres, à l'inverse, ne veulent pas de la censure pour le bien de la liberté d'expression. En tout cas, les documents sont assez confus et souvent surprenants, petit tour d'horizon! 

The Guardian est parvenu à se procurer le réglement secret de Facebook concernant les règles de censure du réseau social. Cela concerne la violence, la haine, le terrorisme, la pornographie, le racisme et l'auto-flagellation.

Si quelqu'un écrit sur Facebook: "quelqu'un devrait tirer sur Trump", cela pourrait être supprimé selon les directives de Facebook. Car Donald Trump est un chef d'État et doit être protégé. Par contre, si tu dis "pour briser le cou d'un chien, il suffit d'exercer une forte pression sur le milieu de la gorge", tu ne risques absolument rien!

Dans ces documents, on apprend également que les personnes qui se mutilent ou se blessent en direct sur Facebook ne seront pas poursuivies. En effet, le réseau social ne veut pas punir ou censurer "des personnes qui sont déjà en détresse".

On peut aussi lire que Facebook reconnait que beaucoup de personnes utilisent un langage violent pour exprimer leur frustration. Pour eux, toujours pas de sanction: "ces personnes s'expriment de la sorte en ligne car ils se sentent en sécurité, ils pensent que leurs propos n'ont pas de conséquence."

Toutes les violences animales peuvent également rester en ligne sur Facebook. Même les images de morts violentes ne sont pas toujours supprimées car "elles peuvent être utilisées pour sensibiliser le public à ce genre de pratique". Les avortements peuvent également être publiées en ligne si "on ne voit pas de corps nus".

Nudité et célébrité

La nudité est autorisée si elle est "artisanale", c'est à dire si elle est filmée par celui qui la publie. Par contre la "nudité digitale" comme la pornographie est interdite. L'intimidation d'enfant? Pas de problème, c'est aussi autorisé. Mais utiliser la pornographie pour se venger de quelqu'un ou quelque chose, c'est interdit.

Cette règle établie par Facebook est aussi surprenante: "Toutes les personnes qui disposent de plus de 100.000 followers sont considérées comme des personnes publiques, elles ne disposent pas de la protection donnée aux particuliers"

En moyenne, les modérateurs de Facebook disposent de 10 secondes pour décider si un contenu est acceptable ou non. Des employés anonymes se sont exprimés et se plaignent que les règles ne soient pas très claires. Ils les trouvent bien souvent confuses et contradictoires.

Facebook compte plus de deux milliards d'utilisateurs. Par minute, 1,3 million de messages sont postés sur le réseau social. Selon les documents publiés par le Guardian, 6,5 millions de faux comptes sont créés chaque semaine.

Monika Bickert, la responsable de la gestion politique de Facebook, reconnait pour The Guardian qu'il est difficile de trouver un accord global sur le règlement de Facebook. "En Europe, les gens ont une idée très différente sur ce qu'il est acceptable de partager par rapport aux Asiatiques. Alors, tracer une ligne directrice globale est très difficile, il y aura toujours une zone grise quelque part."

Déjà lu?