"Le Festival de Cannes, c'est comme aller à Disney", notre Belge Julie Taton dévoile son âme d'enfant

Sur la Croisette, les invités défilent et font parler d'eux pendant le Festival de Cannes. Ce sont souvent les plus prestigieux qui ont l'honneur de fouler le tapis rouge, mais pour cette 70e édition, la belge Julie Taton était également sur place. Dans un monde très fermé, Julie nous a livré son ressenti sur la plus grande célébration du glamour qui soit.

Très peu présente ces derniers temps à la télé, Julie Taton est pourtant toujours à fond. À 33 ans, la présentatrice blonde a un rythme de vie bien chargé. Entre Secret Story, son engagement pour le Télévie et son fils, la jeune femme ne s'arrête plus. À commencer par cette semaine à Cannes, où elle préparait l'émission Cannes: 70 ans de glamour, brassant toutes les années du festival et qui sera diffusée sur RTL TVi jeudi prochain à 19h45. Mais si Julie s'y rendait pour son travail, elle n'a cependant pas manqué de profiter de l'évènement accueillant les plus grands artistes du cinéma mondial.

Une Julie à l'âme d'enfant

À côté de l'effervescence du festival, c'est une Julie ordinaire que nous avons retrouvé. Pour elle comme pour nous, ce monde de paillettes et de strass, c'est tout simplement quelque chose de magique. "Je reste une gamine et je suis tellement contente d'assister à un évènement comme celui-ci. Pour moi, c'est comme d'aller à Disney en fait". Et oui, le Festival de Cannes, c'est un autre monde. Le côté surfait de Cannes et du festival rend cet évènement inaccessible à nos yeux. Au milieu des belles robes, du luxe et du côté ostentatoire, Julie se dit émerveillée : "J'aime la magie de Cannes. À ce moment-là, Cannes prend des proportions énormes : les marches rouges, la symbolique de cette montée, le coté glamour des nanas, et de voir tout ça et le travail qu'il y a derrière, c'est juste magnifique." Pour elle, il n'y a pas de doute, la montée des marches représente bel et bien un rêve d'enfant.

L'inaccessible, accessible

Mais ce pourquoi, elle s'émerveille encore plus, c'est pour les rencontres qu'elle a fait durant son passage au festival. "Ce qui est étonnant, c'est que tout semble inaccessible, mais une fois sur place, on se rend compte que finalement les gens sont plutôt accessibles". Cette année, ce sont des stars plus ou moins connues, comme les mannequins Emily Ratajkowski, Bella Hadid ou encore les comédiennes Uma Thurman et Lily Collins qui foulent le tapis et posent devant les objectifs des photographes. "Je suis en admiration devant ces stars, leur charisme, ce qu'elles dégagent". Il y en a d'ailleurs une en particulier qui a retenu toute son attention, c'est Charlotte Gainsbourg, venue présenter Les Fantômes d'Ismaël. Elle est ainsi apparue avec une robe à paillettes noires étonnamment courte et structurée mais que Julie trouvait "canonissime".

Quand l’ordinaire côtoie l'incroyable

Si Julie est en admiration devant toutes ces personnalités, c'est parce-qu'elle a été bercée par elles. Lors de ce festival, une rencontre surtout, l'a touchée. Elle nous raconte ce moment et ne peut s'empêcher de lâcher un grand "Wouah" d'admiration : "C'était comme dans les films, t'es dans l'ascenseur, les portes se referment et puis, il y a une main qui se met pour laisser les portes ouvertes et là t'as Susan Sarandon qui arrive." Même si elle bien conscience d'avoir le même effet sur d'autres gens quand elle se ballade en rue et qu'on l'arrête pour faire des photos, elle nous raconte qu'elle a encore et toujours son âme d'enfant et ses yeux qui pétillent face à des gens qu'elle a toujours admiré. À mille lieux d'être une personnalité publique, c'est un rêve éveillé qu'a vécu Julie au Festival de Cannes.

Et comme on s'en doutait, Julie est une fana de Disney ;)

Déjà lu?