Donald Trump fait son Calimero: "Aucun politicien n'a été aussi mal traité que moi dans l'histoire"

Donald Trump vivrait-il mal son mandat de président des États-Unis? Lors d'un discours à la United States Coast Guards Academy de New London, la président Trump a regretté la façon dont il était traité depuis son investiture. Comme à son habitude, il a pointé du doigt les médias qui ne lâche pas d'une semelle depuis le mois de janvier. 

Ce mercredi, Donald Trump était en visite à la United States Coast Guards Academy à New London dans le Connecticut. Il y a donné un discours où il encourage les jeunes diplômés de l'Academie, tout en parlant de sa propre situation: "Regardez la façon dont j'ai été traité, spécialement par les médias: aucun politicien n'a été aussi mal traité ou du moins injustement que moi dans l'histoire."

En adressant un message de soutien aux diplômés, on dirait qu'il s'encourage lui-même pour le reste de son mandat: "vous ne devez jamais jamais abandonner. Au fil de votre vie, vous constaterez que les choses ne sont pas toujours justes. Vous verrez qu'il vous arrivera des choses que vous ne méritez pas, qui ne sont pas toujours justifiées. Mais vous devez baisser la tête et vous battre, vous battre et encore vous battre!"

Un discours en plein milieu d'un scandale

Ce discours, Donald Trump l'a prononcé alors qu'il est accusé d'avoir divulgué des informations hautement secrètes aux ministres des affaires étrangères russe. Ceci ajouré au fait qu'il a viré James Comey, ex-directeur du FBI, pour avoir "mal" enquêté sur les relations qu'entretient Trump et son staff avec la Russie, ça fait beaucoup. Pas vraiment étonnant qu'il soit ainsi traité par les médias et ses paires politiques. Il est en effet sous le feu des critiques des membres de son propre parti républicain.

Nouvelle enquête en cours

Ce jeudi, un procureur spécial a été nommé pour enquêter sur les liens entre Donald Trump et la Russie. Il s'agit de Robert Mueller, l'ancien directeur du FBI, âgé de 72 ans. C'est aussi le prédécesseur de James Comey, récemment limogé par le président. Robert Mueller disposera d'une plus grande liberté de mouvement pour pouvoir enquêter efficacement.

À ce sujet, le président Trump a déjà réagi: "Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, une enquête approfondie confirmera ce que nous savons déjà : il n’y a eu aucune collusion entre ma campagne et une entité étrangère."

Lors de son petit speech, il n'a jamais évoqué ces quelques scandales qui lui mènent la vie dure. Non, il a préféré énuméré les faits d'armes de son début de mandat que sont la croissance de l'emploi ou l'investissement massif dans l'armée. Allez, monsieur Trump, encore 3 ans et demi de mandat à assurer, courage!

Déjà lu?