Une étudiante porte plainte contre le vice-président des jeunes N-VA à cause d'un cartoon vraiment choquant           

Naomi Stocker, une étudiante à la VUB, a porté plainte à la police contre le vice-président des jeunes N-VA, Dylan Vandersnickt. Il a publié sur Facebook un cartoon dans lequel elle se fait violer. Le vice-président des jeunes N-VA a présenté des excuses légères et il a affirmé qu'il fallait "relativiser".  

Peut-on rigoler de tout? Une étudiante à la VUB, Naomi Stocker a porté plainte à la police contre le vice-président des jeunes N-VA, Dylan Vandersnickt.

La raison? Il a publié sur Facebook une caricature dans laquelle elle se fait violer et un étudiant se fait exécuter.

En arrière-plan, tu peux voir des photos de différentes actions de protestation contre la politique du secrétaire d’Etat à l’Asile et à l'Immigration, Theo Francken (N-VA). Comme message à côté, tu peux lire "#refugeewelcome. Cultural enrichment assured" (les réfugiés sont les bienvenus. Le mélange culturel est assuré).

Des "pleurnicheries"

Pour Dylan Vandersnickt, ce sont des "pleurnicheries", peut-on lire dans Sudinfo. Il a présenté depuis ses excuses sur Twitter en disant qu'il était désolé pour le mal que cette image avait causé, mais qu'il fallait relativiser les choses (voir tweet ci-contre).

Mais maintenant, le mal est fait. Pour Noami Stocker, c'est de l'intimidation et elle a donc porté plainte à la police. Elle a aussi contacté le recteur de la VUB et elle a signalé ce post à l’agent spécialisé dans la radicalisation à la commune de Termonde, là où habite Dylan Vandersnickt.

Pour Naomi, c'est dangereux ce qu'a fait Dylan. "En présentant des jeunes activistes de cette manière, Dylan Vandersnickt banalise en outre la culture du viol et diffuse la haine des étrangers", dit-elle.

Et apparemment, ce n'est pas la première fois que ce genre de choses arrivent. Selon le Comac, un cercle politique reconnu du campus de la VUB, un groupe d'étudiants organise depuis des semaines (dont des membres des jeunes N-VA) des campagnes de haine et d'intimation à l'encontre des étudiants de gauche.

Pour le président des jeunes N-VA, Tomas Roggeman, c'est une erreur de jugement de la part de Vandersnickt. "Ce n'est pas de cette manière que nous voulons faire de la politique", dit-il.

Lisez aussi