Une super nouvelle pour la faune! La France interdit désormais la reproduction des dauphins et orques en captivité

La ministre française de l'Environnement, Ségolène Royal, a pris hier un arrêté qui interdit désormais la reproduction des dauphins et des orques dans les parcs animaliers. Le but? Qu'il n'y en ait à terme plus aucun en captivité dans le pays, pour qu'ils ne soient plus utilisés comme des animaux de foire.

C'est un pas de géant dans la préservation de la faune qui vient d'être franchi en France! Un arrêté interministériel pris hier par la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, interdit désormais "la reproduction des dauphins et orques actuellement détenus en France".

Les parcs aquatiques ne pourront donc plus, une fois leurs spécimens décédés, en acquérir de nouveaux. Le texte prohibe également de procéder à des échanges ou des importations avec d'autres bassins.

Fini les spectacles

Le but est d'"assurer la protection des espèces, améliorer le bien-être et supprimer la souffrance animale", précise encore l'arrêté. Et, à moyen terme, qu'il n'y ait plus ni orque ni dauphin dans les parcs animaliers. Ils ne pourront donc plus être utilisés pour des spectacles, comme des animaux de foire.

C'est une très bonne nouvelle, puisque le dauphin est une espèce protégée par plusieurs conventions européennes et internationales. Il ne figure pas sur la liste rouge de l'UICN (Union internationale pour la Conservation de la Nature), mais certaines espèces sont menacées d'extinction dans les dix prochains années, selon WWF. L'orque, elle, est inscrite dans la Convention sur le commerce international des espèces de faunes et de flores sauvages menacées d’extinction (CITES). C'est donc une espèce menacée d'extinction par l’exploitation commerciale.

Pour l'instant, il reste encore une trentaine de dauphins dans les parcs français: au Marineland d'Antibes (entre Nice et Cannes), au Parc Astérix (près de Paris), à Planète sauvage (près de Nantes) et Moorea Dolphin Center (en Polynésie française). Et quatre orques: au Marineland d'Antibes, également.

Les associations de protection animale se réjouissent

Il fallait s'y attendre, les réactions sont mitigées. D'un côté, les delphinariums n'apprécient évidemment pas cette interdiction, puisqu'elle touche à leur gagne pain. D'autant plus que Ségolène Royal avait d'abord annoncé la signature d'un arrêté qui prévoyait un "contrôle étroit de la reproduction des dauphins", en fonction de "la configuration et la taille des bassins", selon un communiqué diffusé mercredi par la ministre. Or, il s'agit finalement d'une interdiction totale.

Par contre, du côté des associations de protection animale, c'est la fête. "C'est une nouvelle incroyable et une énorme victoire", a commenté sur Facebook le collectif C'est assez!. 30 millions d'amis et la Fondation Brigitte Bardot ont également applaudi la mesure. Enfin, les associations Code Animal, Dolphin Connection, One Voice, Réseau Cétacés et Sea Sheperd ont réagi ensemble dans un communiqué: "cela signifie tout simplement la fin programmée des cirques marins sur tout le territoire". Et du coup, "cette avancée française est historique".

Espérons que cela ouvrira la voie à d'autres pays, et pourquoi pas la Belgique...

Déjà lu?