C'est parti! Les Français élisent aujourd'hui leur nouveau président: voici tout ce que tu dois savoir sur cette journée

Après des mois de campagne électorale, c'est le jour J. Les Français se rendent aujourd'hui aux urnes afin d'élire le 8e président de la Ve République. C'est, pour l'instant, le candidat centriste, Emmanuel Macron, qui a la préférence dans les intentions de vote, sur sa rivale de l'extrême droite, Marine Le Pen. Mais rien n'est joué. Voici comment la journée va se dérouler.

Emmanuel Macron ou Marine Le Pen? Marine Le Pen ou Emmanuel Macron? Qui les Français vont-ils élire pour succéder à François Hollande? Entre un novice en politique dont personne n'aurait prédit une telle ascension jusqu'il y a peu et une femme d'extrême droite, tous les scénarios sont possibles.

Comment va se dérouler cette journée? À quelle heure les bureaux de vote ouvriront et fermeront-ils? Quelles sont les toutes dernières tendances dans les intentions de vote? On t'explique tout cela en détail.

Vote de 8 heures à 20 heures

Comme de coutume, le vote a débuté hier à midi (8h en Belgique) à Saint-Pierre-et-Miquelon, où les 4.966 inscrits ont été les premiers à placer leurs bulletins dans l'urne. Ensuite, c'était au tour de la Guyane et des Antilles. La Polynésie a été la dernière à se prononcer samedi, avant Wallis-et-Futuna et la Nouvelle-Calédonie dimanche.

Les 1,3 million de Français qui vivent outre-mer ont aussi voté hier (Montréal, Toronto, Washington, etc.). Comme au premier tour, c'était un peu le bordel. Il y avait des files de plusieurs kilomètres devant plusieurs ambassades françaises, et les électeurs ont dû patienter deux à trois heures avant de pouvoir voter.

Ce dimanche, il ne reste donc plus que les Français de la métropole à voter. Les 66.546 bureaux de vote répartis sur tout le territoire ouvrent leurs portes à partir de 8 heures. Et ce, jusque 19 heures, voire 20 heures dans les grandes villes. Ce n'est qu'à partir de 20 heures qu'on devrait être fixé sur le nom du vainqueur de ce second tour.

Sécurité renforcée

Depuis les attentats de Paris (13 novembre 2015), la France est toujours sous état d'urgence. La sécurité autour du scrutin a donc été largement renforcée. Plus de 50.000 policiers et gendarmes, engagés aux côtés des militaires de l'opération Sentinelle et des polices municipales, veilleront à ce que tout se passe bien. Une décision prise en avril par le ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl, pour encadrer les deux tours du 23 avril et du 7 mai.

Les derniers sondages

Comme depuis plusieurs semaines, les derniers sondages donnent toujours la préférence à Emmanuel Macron sur Marine Le Pen. Un sondage réalisé par Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio, et publié vendredi à 18 heures place Macron en tête avec 63 % des voix, contre 37 % pour Le Pen, avec une participation de 75,5 %. Un autre sondage (Elabe pour BFM TV et L'Express) publié ce vendredi le crédite de 62 % des voix. Enfin, un sondage de OpinionWay-Orpi pour Les Echos et Radio Classique, donne le même résultat: 62 % pour Macron.

La terrible performance de Marine au débat de l'entre-deux-tours mercredi dernier ne lui a évidemment pas permis d'inverser la tendance. De même, le piratage et la fuite sur les réseaux sociaux, à 36 heures à peine du scrutin, de neuf gigas de documents internes de l'équipe de Macron n'aura pas produit autant d'impacts que lors des élections présidentielles américaines.

Mais un des enjeux cruciaux de cette élection sera le taux d'abstention. Habituellement, les Français sont plus nombreux à se déplacer au second tour plutôt qu'au premier, mais cette fois, ce pourrait être le contraire. D'après un récent sondage YouGov pour Le HuffPostet CNews, 68 % des Français estiment d'ailleurs que l'abstention aura un réel impact sur le résultat. Et selon certaines estimations, les votes blanc et nuls pourraient même atteindre 10 % des suffrages, alors qu'ils n'étaient que de 2,5 % au premier tour.

Le suspense plane surtout du côté des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et de François Fillon. Suite à une consultation lancée par le candidat de la France Insoumise, seuls 35 % de ses militants voteraient Macron, le reste irait vers l'abstention ou le vote blanc. Et à droite, un quart à un tiers des électeurs de François Fillon du premier tour pourrait également choisir l'abstention, selon les sondages (Ipsos, BVA).

La participation était de 77,77 % au premier tour, à voir donc ce qu'il en sera à la fin de la journée.

Et après?

Une fois le résultat tombé, les candidats ont déjà prévu un endroit pour faire la fête en cas de victoire: l'esplanade du Louvre pour Macron et le bois de Vincennes pour Le Pen.

Qu'il s'agisse d'Emmanuel ou de Marine, le vainqueur devrait être investi officiellement en tant que président de la République dimanche 14 mai prochain, date à laquelle le mandat de François Hollande prend fin. Il devra alors désigner un(e) Premier ministre et annoncer la composition de son gouvernement. Il n'aura donc que quelques jours pour choisir l'équipe qui l'entourera.

Ensuite viendront les élections législatives le 11 juin (premier tour et le 18 juin (second tour). L’enjeu pour le président de la République tout juste élu sera alors d’obtenir la majorité à l’Assemblée nationale, afin de pouvoir faire voter ses futurs textes de loi.

Déjà lu?