Les programmes à la loupe: que disent les candidats à la présidentielle en France sur... le salaire minimum et les 35h

Deuxième jour de notre série de la semaine présidentielle! Dans cinq jours, les Français se rendront aux urnes pour désigner les deux candidats qui se battront lors du second tour. Pour que tu saisisses bien les programmes des candidats, on te propose de s'attarder sur des thématiques importantes, ce mardi on va parler travail! Salaire minimum, temps de travail, que proposent les cinq candidats principaux à l’Élysée? 

Lundi, on t'expliquait tout sur le programme des candidats à propos du cannabis. Ce mardi, on reste plus sérieux avec le travail, une thématique qui touche évidemment l'entièreté de la population française. Si le cannabis ne figurait pas noir sur blanc dans tous les programmes, le travail, lui, est abordé logiquement par les cinq candidats principaux à la présidence. Concentrons-nous sur le salaire minimum (SMIC) et sur le temps de travail. Augmentation? Diminution? On fait le point.

Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon: augmentation du SMIC avec le même temps de travail

C'est bien souvent le cas, Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon sont d'accord sur pas mal de points. C'était par exemple déjà le cas à propos du cannabis. Les deux candidats sont tous les deux d'accord pour augmenter le revenu minimum. Le candidat de La France Insoumise propose de l'augmenter de 16% pour atteindre 1.326€ net au lieu des 1.149€ (montant net). Pour rappel, le salaire minimum en Belgique est de 1.501€ . Benoit Hamon propose de créer un "revenu universel d'existence" permettant aux individus gagnant moins de 2.200€ par mois d'augmenter leur revenu mensuel (voir tableau ci-contre).

Au niveau du temps de travail, les deux candidats de gauche sont pour le maintien des 35h par semaine. Benoit Hamon propose de garder légalement ces 35h mais les travailleurs ne presteront que 32h avec le même salaire. Il propose en outre de remplacer la loi travail déjà existante.

Mélenchon ne touche pas aux 35h mais proposent de revaloriser les heures supplémentaires: les quatre premières heures seront payées 25% en plus. Au-delà de quatre heures, les travailleurs gagneront 50% en plus!

Marine Le Pen: pas touche au SMIC

Surprenamment, le mot "SMIC" ne figure pas dans le programme de la candidate frontiste. Mais dans une interview donnée à Europe 1, elle expliquait qu'une augmentation du salaire minimum "entraînerait une charge supplémentaire pour les entreprises, qui sont déjà dans une très grande fragilité dans notre pays." Cela semble pour le moins explicite.

Concernent le temps de travail, Marine Le Pen refuse de toucher aux 35h. Par contre, si quelqu'un décide de travailler plus, il peut. Mais il doit être payé en fonction. En gros, si tu travaille 37h tu es payé pour tes 37h, on parle de compensation salariale intégrale, adios les heures sup'!

François Fillon: les entreprises géreront le temps de travail de leurs employés

Concernant le SMIC, François Fillon est clair: on y touche pas. Lors d'un débat lors des primaires, le candidat des Républicains déclarait: "Ce que la société française peut faire de mieux compte tenu de sa situation économique et sociale."

Pour le temps de travail, adios les 35h! Ce seront les entreprises qui feront la loi via des négociations et des accords collectifs. Bon évidemment, les accords devront être "gagnant-gagnant". Pour les nouvelles entreprises ne disposant pas encore de disposition conventionnelle sur le temps de travail, un temps de travail de 39h sera fixé par défaut.

Emmanuel Macron: augmentation du pouvoir d'achat et liberté aux entreprises

Emmanuel Macron ne touchera pas au SMIC mais promet de tout de même d'offrir des avantages aux "smicards". En effet, l'ex-ministre de l'économie compte augmenter la prime d'activité qui aide les Français les plus modestes. Cette prime d'activité est offerte aux Français qui gagnent moins de 1.500€ par mois. Cette prime passera de 132 à 212 euros par mois. De plus, les cotisations pour le SMIC diminueront.

Pour le temps de travail, Macron s'accorde avec Fillon: ce sont les entreprises et les syndicats qui s'occuperont de fixer le temps de travail. Ou alors, l'employeur ou le syndicat organisera un référendum pour établir un temps de travail qui satisfera la majorité.

Alors tu as une préférence pour un candidat?

Déjà lu?