Ça fait froid dans le dos: la NASA a photographié une nouvelle fissure énorme dans un glacier du Groenland

Des scientifiques de la NASA sont récemment partis au Groenland, pour l'opération "IceBridge". Le but? Survoler les glaciers pour voir si tout va bien. Mais les nouvelles sont de plus en plus mauvaises: une nouvelle faille énorme a été détectée sur le glacier Petermann. À tout moment, une bonne partie du nord-ouest du Groenland risque de voler en éclat.

Les fissures sur les glaciers, ce n'est hélas pas un phénomène nouveau au Pôle Nord comme au Pôle Sud. Mais la vitesse à laquelle elles se multiplient et s'approfondissent est hallucinante. Des scientifiques de la NASA en ont encore fait la triste observation il y a quelques jours.

Depuis plusieurs années, l'opération IceBridge de la NASA envoie des avions pour photographier les glaces de l'océan, de la terre et des glaciers. Son but est de mesurer, comparer les données annuelles entre elles et de les mettre en perspective par rapport à la montée du niveau des mers et au réchauffement climatique. Mais sa dernière exploration au Groenland a été loin d'être de bonne augure: une nouvelle faille énorme a été observée au centre du glacier Petermann, une sorte de langue de glace qui flotte à la surface de l'eau et relie l'océan Arctique au nord-ouest du Groenland.

À côté d'une autre grosse fissure

Cela ne fait que confirmer ce que pensait Stef Lhermitte, un professeur à l'Université de technologie de Delft aux Pays-Bas. Il a, en effet, été le premier à repérer cette faille en juillet 2016, grâce aux images satellites. C'est d'ailleurs lui qui a alerté la NASA et lui a fourni les coordonnées précises de la faille. Mais depuis, le trou "a augmenté", a-t-il indiqué sur Twitter.

Un autre problème est que cette fissure se situe relativement près d'une autre faille plus grande qui s'étend également vers le centre de la plateforme glaciaire. Du coup, si elles se croisent toutes les deux, plus de la moitié de la glace de Petermann pourrait s'effondrer: de 130 à 180 km2. Autrement dit, le Groenland perdrait l'équivalent d'un peu plus du territoire de la Région de Bruxelles-Capitale.

La faute aux eaux trop chaudes

Mais pourquoi ces failles se multiplient-elles au Pôle Sud et au Pôle Nord? Les scientifiques sont encore divisés sur les causes exactes. Pour Lhermitte, une raison possible est liée à l'"ocean forcing", un phénomène qui se produit lorsque l'océan devient plus chaud et fait fondre la glace des glaciers par le bas.

Et bien sûr, les eaux plus chaudes sont liées au réchauffement global des températures, qui est accentué par l'activité humaine. Le message est clair: notre planète se transforme, et les effets deviennent irréversibles...

Voici d'abord où la fissure se situe:

https-%2F%2Fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com%2Fuploads%2Fcard%2Fimage%2F448432%2Febd8f530-5a9d-494a-a12f-e42fe96eadbb.jpg

© Facebook/NasaOperationIcebridge

Voilà ce que ça donne vu de l'avion

17861839_1299402100136807_7106596091961839246_n (1).jpg

© Facebook/NasaOperationIcebridge

17903904_1299401800136837_2892347610898587270_n.jpg

© Facebook/NasaOperationIcebridge

Sur cette photo, tu peux voir les deux fissures: l'ancienne est au-dessus et au centre, la nouvelle est tout en-dessous de l'image

17952700_1299402113470139_3432816909750454614_n.jpg

© Facebook/NasaOperationIcebridge

Et ce time-lapse te montre la vitesse à laquelle la fissure a grandi depuis juillet 2016

Déjà lu?