Ça commence vraiment à chauffer: la Russie et l'Iran menacent les USA de "répondre avec force" à leurs attaques

Vendredi dernier, Donald Trump a franchi une limite que Barack Obama n'avait pas oser franchir: bombarder la Syrie de Bachar al-Assad. Un acte qui a évidemment des conséquences diplomatiques. En effet, les alliés de la Syrie, la Russie et l'Iran, ont menacé de "répondre avec force" si la ligne rouge est de nouveau franchie. Ça commence vraiment à chauffer dans cette région du monde. 

Si Donald Trump voulait s'attirer les foudres de la Russie, c'est bien en bombardant à la Syrie qu'il fallait s'y prendre. Suite au bombardement américain vendredi dernier, les alliés de Bachar al-Assad, comme la Russie et l'Iran, ont menacé les États-Unis de "répondre avec force".

"L'agression américaine en Syrie est une violation de la ligne rouge. Désormais, nous répondrons avec force à tout agresseur et à toutes violation de cette ligne rouge et les USA savent que nous sommes capables de bien répondre" ont déclaré le groupe soutenant la Syrie.

Pour rappel, vendredi dernier Donald Trump a donné son feu vert pour un bombardement aux missiles Tomahawk qui a tué 70 personnes dans l'aéroport de Shayrat en Syrie.

Les États-Unis ne sont pas seuls

Donald Trump peut compter sur un allié de poids: la Grande-Bretagne. Le secrétaire d'État à la Défense britannique, Michael Fallon a déclaré que la Russie "était responsable de toutes les victimes civiles en Syrie". Il demande également que Vladimir Poutine respecte son engagement en détruisant toutes les armes chimiques syriennes.

Hé oui, depuis 2013, la Syrie s'est engagé au même titre que la France ou la Grande-Bretagne et toute une série d'autres pays, à ne plus utiliser d'armes chimiques. Visiblement, cet engagement n'a pas été respecté par le régime de Bachar al-Assad. D'ailleurs, dans le camp syrien et russe on assure que même sans armes chimiques, la région sera libérée des terroristes. Ils ajoutent également que la présence américaine dans le nord du pays représente une "occupation illégale".

Tu l'as compris, il y a deux camps: celui des États-Unis qui accusent la Russie de ne pas respecter les engagements concernant les armes chimiques en coopérant avec la Syrie. Et le camp irano-russe qui accusent les Américains d'intervenir illégalement en Syrie. Diplomatiquement, ça commence vraiment à partir en cacahuète, c'est inquiétant.

Déjà lu?