Un 12-0 arrangé du Barça B fout le bordel dans la ligue espagnole de football et voici pourquoi

Gros soupçons de corruption en Espagne après une victoire douze buts à zéro du Barça B contre Eldense, un club de 3e division. À la base soupçonné, le Barça se pose maintenant en "victime". Ce match fait désormais l'objet d'une enquête et a mené à l'arrestation de l'entraîneur et de deux joueurs d'Eldense. "Un groupe italien" pourrait être à l'origine des méfaits.

12-0, même dans les divisions inférieures, ce n'est pas rien. Le Barça s'en était même félicité sur son compte Twitter. Sauf que depuis ce match qui s'est déroulé samedi contre Eldense en Segunda Division B, la troisième division espagnole, les soupçons de corruption affluent de tout côté.

Luis Enrique monte au créneau

Ça même un impact jusque dans l'équipe première puisque Luis Enrique, le coach, en personne a tenu à réagir. Il croit fermement que la deuxième équipe du Barça est une "victime" dans cette affaire, et que ça "doit être pris très sérieusement". Luis Enrique se félicite d'ailleurs de voir que la police a déjà mené plusieurs arrestations dans le quotidien As. Car oui, les principaux soupçons se dirigent vers l'équipe d'Eldense. Son entraîneur, ainsi que deux joueurs ont été privés de liberté.

C'est la direction d'Eldense elle-même qui a prévenu la ligue espagnole de football, comme l'a fait remarquer son président, Javier Tebas: "Nous allons enquêter car la direction d'Eldense nous a contactés. L'affaire sera examinée car il y a des questions concernant un groupe italien pouvant indiquer des liens avec une organisation qui arrange des matches", a déclaré Tebas au quotidien espagnol AS.

Un investisseur italien et des paris sportifs

Un groupe italien? On ne sait pas encore si c'est lié mais c'est effectivement un investisseur italien qui a pris le contrôle du club plus tôt cette saison et c'est lui qui a placé Di Pierro, l'entraîneur en question.

En plus, un joueur d'Eldense en est presque venu aux mains avec ses coéquipiers après la déconvenue. Il soupçonnait plusieurs de ses coéquipiers d'avoir saboté le match. Quatre joueurs en tout. Cheikh Saad a raconté à la radio RAC 1: "Le coach m'a demandé de monter au jeu. J'ai refusé, car je trouvais qu'il se passait quelque chose d'étrange."

Et pour cause, habituellement titulaire, Cheikh Saad a débuté la rencontre sur le banc. À la mi-temps, même quand le score était de 8 à 0, le coach n'a pas effectué de changement dans un premier temps.

Le joueur visiteur pense que les joueurs du Barça ne sont pas impliqués: "Les joueurs ne sont pas mêlés à l'histoire. Eux ils ont fait ce qu'ils avaient à faire." Tout serait une histoire de paris sportifs selon Saad, qui affirme aussi avoir reçu des menaces depuis ses accusations publiques.

Affaire à suivre donc. Surtout qu'on en connait un rayon nous sur les matchs truqués en Jupiler Pro League: rappelle-toi, avec l'affaire Zheyun Yé.

Déjà lu?