Oublie le petit oiseau bleu de Twitter: la nouvelle tendance, c'est le mammouth de Mastodon

Si toi aussi tu es un jeune cool, tu as peut-être déjà franchi le pas hier comme de nombreux aficionados du monde numérique. En revanche, si tu as loupé la vague migratoire vers Mastodon, on te fait le topo pour que tu t'y retrouves dans tout ce charabia.

Mastodon, ce n'est pas des métalleux aux yeux entourés de khôl noir dégoulinant. Mastodon, c'est le réseau social à la monde. Fini les petits gazouillis de Twitter qui font moins de 140 caractères, place aux pouets (ou toots en anglais) de 500 signes maximum.

En fait, ce site de microblogging n'est pas tout neuf. Il a été créé en octobre 2016 mais c'est hier qu'il a été pris d'assaut par un grand nombre d'internautes. Au point que vers 13h, ce mardi 4 avril, le réseau social était saturé sous l'afflux de connexions qui rendait impossible l'inscription à ce nouveau réseau.

Des pouets qui remplacent les tweets

Pour ceux qui s'étaient habitués au jargon de Twitter, on retrouve encore sur Mastodon une Timeline sauf qu'ici ce ne sont pas des Tweets qui défilent, mais bien des pouets pouets (on adore ce mot sorry). L'interface apparaît donc comme un Tweetdeck, avec l'avantage d'afficher les messages par ordre chronologique, sans publicité ou message sponsorisé qui polluent la Timeline de Twitter. Deux Timelines sont en fait présentes : une locale, qui publie les messages publics de tous les utilisateurs connectés à la même instance que vous, et une fédérée, qui publie les messages des instances intégrées dans Fediverse, c'est-à-dire le réseau principal de Mastodon.

Des instances de ton choix

La grande différence avec les autres réseaux sociaux réside aussi dans le fait que Mastodon n'appartient pas à une firme puisqu'il est totalement décentralisé et open source. Du coup, chacun est libre, soit de se créer un compte public, un compte privé ou de discuter en messages privés, qu'on appelle "instances". Cela renforce le côté social du réseau et permet de créer de véritables communautés qui partagent les mêmes intérêts. Tout ça pour dire que tu deviens maître de tes publications de A à Z.

Grâce à ce système, tu as aussi un meilleur contrôle sur ta vie privée. Et si tu n'aimes pas les mammouths, ça ne fera pas de toi quelqu'un de moins cool, moins au courant ou moins dans le coup. Surtout qu'il y a tout de même un gros risque de voir apparaître des faux-profils ou des haters avec ce système décentralisé, puisqu'en apparence il n'y a plus de contrôle. Mais si tu sens des good vibes, lances-toi!

Alors, tu attends quoi?

"Oublie les tweets, désormais tout est question de toots"

Twitter va-t-il se faire écraser?

Les gens hésitent du coup

"Tous mes amis son sur #mastodonsocial. Est-ce que je dois m'inscrire aussi?"

Déjà lu?