Voici la preuve que le FN change son image: un homosexuel sur cinq se dit prêt à voter pour Marine Le Pen

Le Front National de Marine Le Pen n'est pas celui de son père Jean-Marie. Il est moins extrême, plus intelligent dans sa communication et surtout ouvert à un plus grand électorat. En effet, selon plusieurs études un homosexuel sur cinq se dit prêt à voter pour Marine Le Pen lors des élections présidentielles françaises. On t'explique pourquoi. 

Tu connais Matthieu Chartraire? Le gars a été élu "Mister Gay" 2015 par le magazine Têtu. Bravo à lui mais ce n'est pas ça qui nous intéresse ici. Peu après son élection, il a annoncé avoir pris sa carte de membre au Front National français. Son explication? La voici: "On accueille les clandestins par bateaux entiers et on leur donne des papiers, des logements, le RSA. Tout ça au détriment des Français, des bosseurs (...) C'est un parti qui représente la France aujourd'hui, que l'on soit noir ou blanc, asiatique, musulman, de toutes les origines, toutes les sexualités."

Alors est-il un cas isolé? Pas vraiment. D'autres personnalités de la communauté gay ont également affiché leur soutien à Marine Le Pen et son mouvement Bleu Marine. C'est par exemple le cas de Sébastien Chénu, fondateur de Gay Lib, désormais membre du parti d'extrême droit français. Alors sont-il nombreux à suivre le même chemin? Et si oui, pourquoi? Éléments de réponse.

Un homosexuel sur cinq

En février dernier, le réseau social destiné aux homosexuels Hornet, avait réalisé un sondage auprès de ses utilisateurs. Ils ont tous reçu un message dans leur boite de réception leur proposant de répondre à un petit questionnaire concernant les élections présidentielles. Environ 3.200 utilisateurs ont pris le temps d'y répondre et des tendances ont été dégagées: Emmanuel Macron est le candidat préféré des répondants et obtient 38,1% des voix. Qui se positionne en deuxième position à ton avis? Marine Le Pen! Elle s'attire les faveurs de 19,2% des sondés, soit une personne sur cinq.

Ce n'est pas la seule étude de ce genre. En février 2016, une étude du CEVIPOF montrait qu'un tiers des couples homosexuels mariés avait voté pour le Front National aux élections régionales de 2015: 38,6 des couples d'hommes et 26% des couples lesbiens.

Des homosexuels au sein du parti

Comment expliquer cette tendance? Plusieurs raisons peuvent être invoquées. Premièrement, les membres du parti du Front National. Comme nous l'avons expliqué plus haut, plusieurs homosexuels ont rejoint les rangs du parti, que ce soit parmi les militants que dans la direction. Par exemple, Florian Philippot, gros bonnet du FN français est homosexuel et ne s'en cache pas. En enrôlant l'actuel vice-président du parti, Marine Le Pen a envoyé un message fort: "Amis gays, il y a une place pour vous au sein de notre parti."

Un agacement vis à vis des autres familles politiques

Didier Lestrade, un militant de la cause homosexuelle en France, explique dans De Morgen que "beaucoup d'homosexuels sont déçus par la manière dont François Hollande et le PS ont mené le mariage pour tous. Il y a eu manifestation sur manifestation contre cette loi et le PS n'a rien fait pour empêcher ça. Du coup l'avènement du mariage gay n'a pas pu être célébré."

En plus, Marine Le Pen et le Front National ont eu l'intelligence de ne participer à aucune de ces manifestations et à rester relativement discrets dans cette histoire qui a secoué la France pendant plusieurs mois. Malgré tout, il faut tout de même préciser que le Parti Socialiste reste le parti favoris pour une majorité des homosexuels, mais une bonne partie d'entre eux ont décidé de faire un pas (ou plusieurs) vers la droite.

L'immigration

Dans son livre Pourquoi les gays sont passés à droite, Didier Lestrade donne l'argument principal à cette tendance: "Nous connaissons un changement sans précédent : les années 2000 voient l’instrumentalisation de la cause LGBT contre d’autres minorités. Les gays contre les Arabes et les Noirs."

En effet, il explique que la communauté gay recherche un pays sûr, eux qui sont plus souvent victimes de discrimination ou autres moqueries. Or Marine Le Pen a déjà déclaré que l'Islam, et donc les musulmans, représentaient une menace pour les valeurs françaises, et donc l'émancipation des homosexuels. La stratégie du Front National est alors de représenter l'Islam comme une religion arriérée pour attirer un nouvel électorat.

François Kraus, directeur d’études à l’Ifop, expliquait pour Têtu: "le fait qu’une partie importante de la population gay réside dans les grandes agglomérations peut aussi expliquer sa sensibilité au discours sécuritaire et anti-immigrés du FN. L’insécurité y est comme chacun sait plus élevée qu’en milieu rural, et les homosexuels en font eux aussi les frais, des fait divers relatant l’agression de gays par des jeunes de cité ayant pu traumatiser une partie de la communauté."

On est donc loin de la stratégie de Jean-Marie Le Pen qui déclarait en 1984 que l'homosexualité était "une anomalie biologique et sociale". Rendez-vous le 22 avril pour mesurer l'impact de la communauté LGBT sur les élections.

Déjà lu?