"Je ne suis pas belge, je suis musulman": CNN a diffusé vendredi l'interview d'un ex-djihadiste belge parti combattre pour Daesh

Michael Delefortrie est parti en Syrie où il "travaillait" pour l'Etat islamique. Récemment revenu en Belgique, il dit "regretter être rentré", parce qu'il "veut vivre sous le califat". Younes, son nouveau nom, assure néanmoins "n'avoir jamais tué personne", et il ne compte pas perpétuer d'attaques sur le sol belge. Par contre, il est là "pour diffuser la parole de l'islam, c'est (s)on but."

Yeux bleus, cheveux bruns et large sourire, Michael est loin des stéréotypes d'un combattant de l'Etat islamique. Pourtant, il est parti sur le front en Syrie. Aujourd'hui de retour en Belgique, il affiche sans pudeur son support au groupe terroriste et se verrait bien retourner là bas si la situation le permettait.

La VRT l'avait déjà interrogé en octobre dernier et avait subi quelques critiques pour lui avoir offert une tribune. Ici avec CNN dans le cadre de son émission, ISIS: Behind The Mask, on est évidemment une dimension plus loin.

"Jeune homme poli"

Michael s'est converti à l'islam et se fait maintenant appeler Younes. L'homme de 28 ans dit regretter "être rentré", lui qui aspire toujours à "vivre sous le califat". L'équipe de CNN est venu en Belgique pour l'interviewer, la première rencontre s'est faite dans un café à Anvers.

Celle qui lui pose des questions, Clarissa Ward, est une femme, donc il ne lui sert pas la main. Elle reconnait néanmoins qu'il est poli, qu'il s'est excusé d'être en retard et qu'il était d'humeur jovial, racontant plusieurs blagues et flirtant même un peu avec une jeune productrice de l'émission.

Quand la présentatrice lui parle de sa nationalité, la réponse de Younes fuse: "Je ne suis pas Belge, je suis musulman". Il dit aussi vouloir vivre en Europe sous la loi islamique et renverser la démocratie occidentale, même s'il est apparemment content de toucher ses allocations sociales.

Comment en est-il arrivé là?

Il affirme avoir été éduqué dans un famille catholique ordinaire de la classe moyenne. "Comme des catholiques normaux", avec leurs vacances, et en remerciant Dieu le dimanche. Une enfance néanmoins un peu difficile avec une mère alcoolique et un divorce de ses parents. On reste quand même dans du grand classique avec un décrochage scolaire, une consommation de cannabis et un diagnostique du trouble de l'attention.

"Tu recherches ton identité, comme tout le monde". Oui mais qu'est qui l'a fait basculer de l'autre côté? La découverte d'un livre à l'âge de 16 ans: "La voie des musulmans". L'islam lui a offert un moyen de se structurer avec des règles strictes, une morale claire à l'inverse de notre monde libérale, qui favorise le gris plutôt que le noir et le blanc.

Pour lui, l'Islam est une avancée sur le christianisme. Pour illustrer ses dires, Younes utilise une métaphore plutôt surprenante: "C'est comme un ordinateur, si tu sais qu'il y a Windows 10, tu ne vas pas acheter Windows XP. C'est une mise à jour".

Sharia4Belgium

Cette mise à jour lui a ouvert les portes de la communauté musulmane, et ensuite permis de se radicaliser au sein de groupuscules, petit à petit. Il a ensuite rencontré Fouad Belkacem et a intégré Sharia4Belgium. Si au début, les autorités belges voyaient ce groupe comme "une bande de clowns avec de longues barbes", elles se sont rendues compte par la suite que c'était un véritable pipeline pour envoyer des jeunes belges combattre en Syrie et en Irak.

C'est ce que Younes a fait. "Tu peux te contenter de prier et être satisfait, ou tu peux aller plus loin et mettre en pratique ce que tu as appris", explique-t-il. Partir en Syrie lui a permis de vivre sa religion à "100%".

Prêt à tuer

Ok mais Daesh, c'est quand même le groupe terroriste le plus violent qui soit? Younes se voile la face et minimise les actes barbares: "C'est une zone de guerre, donc c'est une chose normale. Aux Etats-Unis, ils exécutent bien des gens avec des aiguilles, avec des chaises électriques. C'est aussi une exécution."

Et lui, serait-il prêt à tuer? Après une hésitation, il répond: "C'est la loi islamique et croyez moi, ce n'est pas drôle d'exécuter des gens, c'est quelque chose de terrible, mais oui". Mais pour l'heure, il assure n'avoir jamais tué personne et même de ne jamais avoir tiré.

Déjà lu?