Contre l'alcoolisme chez les jeunes, voilà une nouvelle proposition: interdire la bière aux moins de 18 ans

Ok, l'abus d'alcool chez les jeunes est un problème grave et jusqu'ici, personne ne semble avoir trouvé la bonne solution pour enrayer ce danger. La ministre de la Santé Maggie De Block (Open VLD) a sorti des mesures mais elles ne plaisent à personne. Surtout pas à la Fédération des Spiritueux, qui se sent lésée. Quitte à interdire l'alcool chez les jeunes, autant interdire la bière, affirme-t-elle.

Cela fait des années que la Belgique cherche un moyen de freiner la consommation d'alcool chez les jeunes. Apparemment, les adolescents belges ont la descente (très) facile et, si ça a souvent un côté très fun, ça apporte aussi son lot de problèmes: l'alcool est la première cause de mortalité chez les Européens de 15-24 ans, selon l'OMS, l'Organisme mondial de la santé.

Depuis dix ans, les différents gouvernements fédéraux et les entités fédérés tentent de trouver un accord pour mettre en place un plan alcool. Mais pas moyen. Jusqu'ici, parmi toutes les propositions de plan, personne n'a jamais trouvé son compte. Du coup, Maggie De Block, la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique (Open VLD), a décidé de la jouer solo et de passer ses propres mesures. Forcément, ça fait grincer des dents.

Fini, les spiritueux

Dans les mesures avancées par Maggie De Block, il y a un point qui concerne les "apéritifs alcoolisés". Dans son communiqué de presse, la ministre de la Santé écrit: "Les établissements horeca ou les magasins pourront uniquement vendre de la bière ou du vin à ces jeunes et plus d’apéritifs alcoolisés par exemple."

Ce qui veut dire, en clair, que les 16-18 ans pourront se vider des 33 ou des bières spéciales (comme d'habitude) mais qu'ils ne pourront pas faire la fête avec des cocktails tout prêts comme le Bacardi Breezer ou le Smirnoff Ice. Et ça, c'est un coup dur pour les distributeurs de ce genre de boisson.

Et pourquoi pas la bière?

"En Belgique, 67 % des garçons et 48 % des filles de moins de 18 ans préfèrent une bière à une autre boisson alcoolisée", écrit le magazine spécialisé Gondola. "Chez les jeunes de 16 à 18 ans, les cas de consommation excessive de bière sont six fois plus nombreux que les cas d’abus de spiritueux", ajoute-t-il, citant Vinum et Spiritus, la Fédération Belge des Vins et Spiritueux. "La politique belge en matière d’alcool fait deux poids deux mesures."

La proposition de Vinum et Spiritus pour ne pas être défavorisé dans le business de l'alcool? L'’interdiction totale de l’alcool aux mineurs, sans distinction entre la bière, les spiritueux ou autres. Ce serait, pour eux, "une mesure plus claire et plus facile à mettre en œuvre". Hop, pas d'alcool pour les jeunes avant 18 ans.

Éduquer plutôt qu'interdire

Et qu'en pense Martin de Duve, directeur d'Univers santé et porte-parole du groupe "Jeunes, alcool & société"? Mardi, il écrivait dans La Libre Belgique que l’appellation "boissons spiritueuses" est un "terme incompréhensible, source de toutes les interprétations". Et en gros, interdire les "apéritifs alcoolisés" revenait à ne pas interdire grand chose puisque le terme est trop vague.

Contacté par newsmonkey, il explique: "C'est une prise de position que Vinum et Spiritus prend régulièrement. C'est la petite guéguerre entre la fédération des brasseurs et celle des spiritueux. La première n'étant pas logée à la même enseigne que la seconde. (...) Personnellement, je ne suis ni pour l'un, ni pour l'autre: je défends des principes de santé publique. (...) À 16/17 ans, nous avons déjà une grande majorité de consommateurs et il faut que la législation colle à la réalité de terrain. (...) Ce n'est pas parce qu'on interdit à des jeunes de 17/18 ans de boire qu'ils vont arrêter de le faire. C'est stupide de croire ça. Plutôt que d'essayer de mettre des règles à n'en plus finir, il faut surtout pouvoir accompagner, sensibiliser, éduquer et c'est ça qui est porteur de 'bien boire'."

Maintenant, faut voir ce que va faire la ministre De Block...

Déjà lu?