Automobilistes, oubliez Bruxelles: avec la nouvelle Petite Ceinture, la ville sera faite pour les vélos

Après les piétonniers, la Petite Ceinture. Le petit Ring de Bruxelles devrait subir un lifting complet afin de permettre aux cyclistes d'y circuler plus librement et sans danger. C'est tout bénéf pour les habitants mais qu'en est-il des voitures? Celles-ci auront encore moins de place pour circuler. Du coup, quelles seront les conséquences? Il faudra éviter de prendre sa caisse dans Bruxelles.

Le petit Ring de Bruxelles, c'est cette grosse artère qui part de la Basilique de Koekelberg, passe dans le tunnel Baudouin sous le canal, remonte aux côtés du jardin Botanique, se tape les tunnels de Madou, Trône, porte de Namur, Louise, porte de Hal, fait une boucle aux alentours de la gare du Midi et part quasi en ligne droite vers Rogier.

Mais c'est surtout une boucle infernale dans laquelle chaque jour des milliers d'automobilistes avancent lentement en stressant d'arriver à la bourre au travail. Le projet Petite Ceinture, dévoilé lundi par le ministre bruxellois de la Mobilité et des Travaux publics, Pascal Smet (SP.A), consiste à transformer ce parcours ultra-pollué en une route le long de laquelle les Bruxellois pourront se promener joyeusement. Mais comment ce changement sera-t-il possible?

Exit l'auto, bonjour le vélo

Sur le papier, il est question d'élargir des trottoirs et de supprimer des places de stationnement afin de pouvoir poser 12 kilomètres de voies cyclables des deux côtés de la Petite Ceinture. Certaines voies latérales, comme celle que l'on trouve entre le rond-point Louise et la porte de Hal, seront bannies aux voitures pour laisser la place aux vélos.

© Petite Ceinture

Par endroit, il faudra arracher des arbres, comme sur le Boulevard Baudouin, entre Yzer et Rogier (voir ci-dessus). Un peu plus haut, à hauteur du jardin Botanique, les vieux arbres seront arrachés et les places de stationnement seront virées pour laisser place à une piste cyclable. Des voies spéciales pour les bus seront conçues afin de rendre la circulation plus aisée, nous apprend le projet.

Tout le projet Petite Ceinture consiste donc à réduire la place accordée aux voitures: soit en leur enlevant des places de parking, soit en leur supprimant des voies de passage. Sachant que Bruxelles est la 8ème ville la plus congestionnée d'Europe, nous nous sommes demandées chez newsmonkey si ce plan ne risquait pas de favoriser encore plus les embouteillages dans la capitale.

"Changer les mentalités"

Pour le ministre bruxellois de la Mobilité, ce problème sera résolu avec... "une amélioration du trafic", écrit-il sur son site. "Ceci sera possible en prévoyant des voies de présélection aux carrefours et en améliorant la synchronisation des feux de signalisation." En résumé, les voitures devront toutes se contenter des voies centrales. Ce qui, même avec la nouvelle gestion du trafic, devrait être encore plus problématique pour les voitures.

Mais c'est volontaire. "On veut diminuer le nombre de voitures à Bruxelles", nous a expliqué Inge Paemen, porte-parole de Bruxelles-Mobilité. "Autrefois, la politique a toujours été en faveur de la voiture mais, aujourd'hui nous voulons faire de Bruxelles une ville multimodale." Ce réaménagement devrait donc décourager les Bruxellois de prendre leur voiture et les encourager à utiliser d'autres moyens de déplacements. S'ils sont prêts à le faire, ça, c'est une autre histoire.

Et les places de parking? Quelques-unes vont disparaître mais 80% des places devraient rester, soit 2.250 sur 2.850. Et comme l'ajoute Inge Paemen: "au total, dans les parkings avoisinants, 10.300 places de parking sont disponibles dont 4.200 ne sont pas occupées. Nous avons remarqué que les places de parking sont surtout occupées par des visiteurs ou des navetteurs et on peut envisager qu’ils se servent davantage de ces places." Les autres, espérons qu'ils aiment les deux roues.

Et toi, que penses-tu de ce nouveau plan?

Déjà lu?