Voici une affiche pro-Erdogan dans Bruxelles qui ne doit sans doute pas faire plaisir à la N-VA

Jeudi, un camion portant une affiche avec un message de soutien au président turc Erdogan se promenait dans les rues de Bruxelles. Ce vendredi, le député Peter De Roover (N-VA) arrive avec un projet de loi pour interdire aux chefs d'états hors-UE de faire campagne en Belgique. Simple coïncidence, certes, mais le timing est tendu.

Jeudi, un camion portant haut et fort le message de soutien au président turc Recep Tayyip Erdogan se promenait dans les rues de Bruxelles. Plus précisément, dans les quartiers de Saint-Josse et de Schaerbeek qui abritent une forte population d'origine turque.

Sur cette affiche, prise en photo par Benjamin Tollet du journal BRUZZ (voir tweet ci-contre), on voit la tête du président turc accompagnée du message "Une nation, un drapeau, un pays, un état."

Cette affiche de propagande a pour but de convaincre la population turque de voter "Oui" au référendum constitutionnel qui se tiendra le 16 avril en Turquie. Si le "Oui" passe, Erdogan obtiendra encore plus de pouvoir qu'il n'a déjà actuellement. Ce qui représente vraiment beaucoup de pouvoir.

Trollage ou coïncidence?

Mais c'est le genre d'affiche qui ne plait pas trop à la N-VA. En effet, ce vendredi, De Tijd et L'Écho rapportent que le député Peter De Roover (N-VA) a un nouveau projet de loi. Il veut faire en sorte que certains hommes politiques ne puissent plus faire campagne en Belgique.

"Il faut empêcher que des vedettes politiques étrangères viennent créer l’agitation ici et défendre des points de vue qui sont contraires aux droits de l’homme," déclare le chef de file de la N-VA à la Chambre. Les vedettes politiques dont il est question, ce sont Erdogan et ses bras droits.

Donc, juste au moment où De Roover expliquait qu'il ne voulait plus voir d'affiches de propagande pro-Erdogan, une affiche du même acabit déambulait dans les rues de la capitale. Trollage des partisans ou simple coïncidence? En tout cas, le timing était serré.

Déjà lu?