Attentat déjoué à Anvers: "le suspect franco-tunisien a été interpellé hier en état d'ébriété"

Est-ce que le franco-tunisien, qui a été arrêté aujourd'hui avec son coffre rempli d'armes, avait vraiment l'intention de réaliser une attaque? La question fait débat chez les Anversois, la police, et la Rue de la Loi. Mais selon certaines sources, le français a été interpellé en état d'ivresse par la police. Et quand il a été arrêté aujourd'hui, il était encore saoul. 

Personne ne veut vraiment donner des détails sur l'arrestation du suspect de 39 ans, le français Mohammed R. Il a été repéré à Anvers, roulant à fond de balle sur la Meir, une grande avenue anversoise. "Des passants ont dû se précipiter pour l'éviter", explique de la chef de la police d'Anvers.

Lorsque les soldats ont voulu arrêté le véhicule, le suspect a pris la fuite. La police d'Anvers a finalement réussi à intercepter la véhicule immatriculé en France sur les quais. Ils ont retrouvé plein d'armes dans son coffre.

Mais il est frappant de constater que la police d'Anvers, lors de la conférence de presse avec le bourgmestre Bart de Wever (N-VA), ne mentionne pas le fait que "la police a été hier en contact avec le suspect qui était en état d'ébriété." Ce n'est pas vraiment le comportement de quelqu'un qui est sur le point de réaliser une attaque, tu en conviendras. Aujourd'hui encore, quand le suspect a été arrêté, il était toujours saoul. D'ailleurs, il s'est rendu volontairement.

Visiblement, l'homme n'était tout de même pas là pour jouer. Dans la voiture du Français originaire de Tunisie, on a retrouvé des armes, armes blanches, un fusil à pompe et une caisse au contenu inconnu. Le chef de la police d'Anvers et Bart de Wever ont tenu une conférence de presse à 14h à ce propos. Cela n'a pas été vraiment apprécié au sein du pouvoir judiciaire: ils se demandent si ils ont été tenus au courant en temps et en heure sur l'avancée de la situation.

À la Chambre, le Premier ministre n'a pas encore réagi. "Nous suivons avec attention la situation à Anvers. Nous avons intercepté un véhicule conduit par une personne suspecte". Le Premier ministre a ensuite eu une mise à jour de la situation dans l'après-midi.

Déjà lu?