"L'avortement n'est-il pas encore plus grave que le viol?": voilà ce qu'on peut lire de scandaleux dans un syllabus de l'UCL

Un professeur de l'Université Catholique de Louvain a tenu un discours interpellant concernant l'avortement dans son syllabus. Dedans, il explique que l'avortement est plus grave que le viol, ce qui en a choqué plus d'un. Mais le plus inquiétant, c'est que l'auteur a une position extrêmement radicale à ce sujet, alors qu'il enseigne la philosophie à des étudiants en première année de bac. Pour l'UCL, c'est "inacceptable".

Tu as peut-être déjà vu tourner sur le web un texte assez choquant. C'est un morceau de texte venant d'un cours de philosophie donné aux étudiants en première année de sciences-politiques à l'Université Catholique de Louvain (voir ci-contre).

Le postulat de base de l'auteur est que l'avortement est "le meurtre d'une personne innocente". Dans le texte, le professeur qualifie même ce meurtre comme quelque chose "d''ignoble", car l'innocent est "incapable de se défendre".

Ensuite, le professeur affirme que l'avortement peut certes, êtres perçu comme quelque chose "d'immoral" , mais selon lui, c'est quelque chose "d'illégal".

"Le respect de la liberté de chacun"

Pour se faire, il se réfère au "respect de la liberté de chacun", que beaucoup de personnes revendiquent pour légitimer l'avortement et il l'applique au viol.

Selon lui, ce serait trop facile par exemple de violer quelqu'un et de dire que ce n'est pas illégal car cela respecte le principe "de la liberté de chacun".

C'est un sujet discutable, surtout au sein du milieu académique. Tu es peut-être étudiant et les notions de la liberté de pensée et d'argumentation sont importantes. Mais ici, selon des étudiants (comme tu peux le voir toi-même sur le web) et des organisations, le professeur a dépassé les limites en deux points.

"La culture de la mort"

Newsmonkey a contacté Synergie Wallonie sur l'Egalité entre les Femmes et les Hommes, l'asbl qui a révélé le texte. Pour Baptiste Dethier, l'un de ses membres, c'est "un raisonnement philosophique infondé".

Selon Baptiste, l'auteur du texte affirme que l'avortement représente "la culture de la mort" sans jamais faire recours à des arguments solides et ça, c'est le "plus dangereux", selon lui. Ce texte n'apporte aucun regard critique sur la question et n'est pas ouvert à la discussion. Au contraire, comme Baptiste Dethier le dit: "C'est très difficile pour des étudiants en première bac qui ont l'âge de 18 ans d' adopter un regard critique sur la question et d'être capable de contre-argumenter".

Tu peux avoir accès au document entier sur le site de la RTBF ici.

L'UCL réagit

Les autorités de l'UCL viennent de réagir. Sur son site, l'UCL a indiqué qu'elle allait contacter l'auteur du texte afin de demander plus d'explications. Pour l'université, le droit à l'avortement fait partie du "droit belge" et cette note est jusqu'à maintenant contraire à ses "valeurs". Pour l'UCL le texte est "inacceptable".

Lisez aussi