Europe 1 - Populistes 0: Geert Wilders se fait battre à plate couture par le VVD de Mark Rutte

Ça y est, le verdict est tombé! Et l'occasion pour toutes les inquiétudes de ces derniers jours de s'envoler. Mark Rutte et le Parti populaire libéral et démocrate (VVD) ont largement remporté les élections législatives aux Pays-Bas. Geert Wilders, eurosceptique et islamophobe affirmé, ne récupère que des miettes même si son parti gagne quatre sièges. On est en tout cas très loin du raz-de-marée annoncé.

Les bureaux de vote sont fermés aux Pays-Bas. Et c'est bien Geert Wilders qui est déclaré perdant. Il espérait que son parti soit le mieux représenté au parlement, mais le VVD du premier ministre sortant, Mark Rutte, est largement en tête.

Et c'est une surprise: on ne s'attendait pas à une telle victoire du VVD. Selon un sondage à la sortie des urnes: Mark Rutte est en passe briguer un nouveau mandat.

Le VVD a pourtant perdu quelques sièges par rapport aux élections législatives précédentes. Mais au pays des petits partis (28 au total!), le parti du premier ministre récolte 31 sièges sur 150. A la deuxième place, ce n'est pas encore clair: les chrétiens démocrates du CDA (19) ou les sociaux démocrates de D66 (19).

Geert Wilders KO, les socialistes aussi

Pour ce qui est du parti populiste de Geert Wilders, c'est un sacré revers. Le Parti pour la liberté (PVV) était pourtant en tête de pas mal de sondages ces dernières semaines. Ok, le parti progresse (19), mais cela a tout d'une défaite. Le PVV devrait être rejeté par les autres partis au moment de former une coalition, comme cela est de mise aux Pays-Bas. Les autres grands perdants, ce sont les socialistes avec une chute de 29 sièges pour le PvdA. A noter encore la belle progression des Verts de Groenlinks (16).

Pour l'Europe, c'est un signal fort. Le PVV est connu de longue date pour être un parti eurosceptique. La récente crise entre la Turquie et les Pays-Bas a montré aussi à quel point ce parti se basait sur le rejet des musulmans et des immigrés.

Les mesures fortes prises par Mark Rutte pour rassurer les hollandais sur la question migratoire et sa réponse ferme à la Turquie, ont fait pencher les votes en sa faveur.

La différence avec les élections de 2012

Déjà lu?