Bye bye le GSM à l'école pour les 6-15 ans: voilà l'une des idées du programme d'Emmanuel Macron en France

Bien placé dans les sondages, Emmanuel Macron a enfin dévoilé son programme en vue de l'élection présidentielle en France. L'une de ses mesures pour l'éducation est d'interdire l'usage du téléphone dans les écoles primaires et le collège, c'est-à-dire pour les enfants entre 6 et 15 ans généralement. Il ne ferait en fait qu'étendre une loi déjà existante dans les établissements scolaires: plus facile à dire qu'à faire...

Le programme d'Emmanuel Macron se sera fait attendre. Mais à un peu moins de deux mois du premier tour de l'élection présidentielle en France, le candidat du parti En Marche, qu'il a créé lui-même, a enfin expliqué ce qu'il souhaitait mettre en place s'il succédait à François Hollande à l'issue du scrutin, prévu les 23 avril (1er tour) et 7 mai. Plutôt important alors que l'ancien ministre de l’Économie continue d'affoler les sondages, qui l'envoient au 2e tour.

Déjà une loi

Comme d'habitude dans les programmes politiques, il y a beaucoup de bla-bla concernant l'emploi, l'environnement, le pouvoir d'achat, la sécurité ou encore l'éducation. Une proposition de Macron dans son programme éducatif risque d'ailleurs de faire parler: il souhaite tout simplement interdire l'usage des téléphones portables pour les enfants dans les écoles primaires (6-11 ans) et les collèges (11-15 ans). On est loin du retour de l'uniforme à l'école prévu dans les programmes de Marine Le Pen (FN) et François Fillon (Les Républicains) mais c'est le genre de mesure qui pourrait lancer un débat en France.

Pourtant, une loi à ce sujet existe déjà. Promulguée en 2010, elle a interdit les téléphones portables pour les élèves dans les écoles maternelles, élémentaires et au collège pour les "protéger des ondes électromagnétiques". Mais elle n'est pas vraiment appliquée car, comme l'avait rappelé au Sénat le ministre de l’Éducation de l'époque Luc Chatel (Les Républicains) en 2011, "c'est à chaque établissement, dans le cadre du règlement intérieur, d'établir les modalités pratiques de sa mise en œuvre".

Généralement, les écoles inscrivent l'interdiction des GSM en classe dans leur règlement. Mais ce n'est pas toujours le cas concernant le self ou la cour de récréation par exemple. Donc il n'y a aucune raison qu'un élève soit sanctionné s'il squatte sur Facebook ou fait un snap en dehors de la classe si ce n'est pas écrit dans le règlement de son école. Et ce même si une loi existe déjà à ce sujet. Bref, de quoi devenir fou.

Plus facile à dire qu'à faire

Mais avec Emmanuel Macron, tout ça serait fini: les GSM des élèves seraient bannis des établissements scolaires une bonne fois pour toute. Peut-être a-t-il été inspiré par cette étude au Royaume-Uni qui a démontré que l'interdiction des smartphones dans les écoles avait fait progresser les notes des élèves et pouvait aussi réduire les inégalités sociales (fini de savoir qui a le meilleur GSM).

Mais interdire le GSM à l'école serait une sacrée mission: selon une étude du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie de 2013, 89% des 12 ans et plus avaient un GSM en France. Un chiffre qui pourrait être revu à la hausse quatre ans plus tard... Et donc ce serait a priori, car Macron n'a pas donné de détails à ce sujet, le rôle des professeurs ou du personnel de l'école de s'assurer que les élèves ne ramènent pas leur téléphone, ou du moins qu'ils ne le sortent pas n'importe où dans l'établissement.

Un rôle de "policier" qu'il faudrait alors tenir si Emmanuel Macron est élu président de la République française et qu'il décidé d'appliquer cette mesure de son programme. Plus facile à dire qu'à faire...

Déjà lu?