Hamon et Mélenchon se présenteront séparément: la gauche se tire une balle dans le pied pour l'élection présidentielle en France

"La situation est maintenant claire". Benoît Hamon (PS) a confirmé au JT de TF1 ce qui était déjà dans l'air: il ne se présentera pas en front commun avec Jean-Luc Mélenchon lors de la présidentielle française. Le candidat de "La France insoumise" lui a confirmé qu'il serait candidat lors d'une rencontre vendredi soir. Si les programmes différèrent, on ne peut s'empêcher de penser que la gauche s'est sabotée et qu'elle ne passera pas le second tour.

À l'heure actuelle, avec respectivement 14% et 10% des intentions de vote, Benoît Hamon (PS) et Jean-Luc Mélenchon (France insoumise) n'ont aucune chance de passer le second tour s'ils se présentent séparément.

Les deux candidats se sont rencontrés vendredi soir pour en discuter et Hamon a officialisé la chose sur le plateau de TF1 dimanche soir: "Je l'ai vu, il m'a confirmé ce que je savais, c'est qu'il sera candidat. Dont acte, la situation est maintenant claire."

Jean-Luc Mélenchon l'a confirmé un peu plus tard sur son compte Facebook. Il pointe le fait que cette alliance intervient trop tard: "À cinquante jours du premier tour, il n’est pas possible de régler la différence qui par exemple nous sépare sur la question essentielle de l’Europe." Mélenchon se verrait en effet bien sortir de la zone euro, ce que ne prévoit pas Hamon. Mais ça ne se limite pas à l'Europe. Sur le revenu universel, une mesure phare du candidat socialiste, Mélenchon y voit lui "une trappe à pauvreté".

Uniquement une question de programme?

Cette séparation définitive pose quand même quelques questions. Jeudi soir, lors de L’émission politique sur France 2, le candidat de "La France insoumise" s'était dit "ouvert à la discussion", ajoutant que ce n'était pas lui qui "fermait la porte". Le lendemain, Mélenchon affirmait déjà le contraire: "Ça n'a pas de sens aujourd'hui. De quoi parle-t-on? Benoît Hamon dit qu'il propose sa candidature. Moi aussi. Si vous voulez que le programme s'applique, la meilleure des garanties, c'est moi!"

Ensuite Mélenchon s'est refusé à commenter la rencontre de vendredi soir durant tout le weekend, jusqu'à cette dernière sortie de Hamon sur TF1. La vérité c'est que Jean-Luc Mélenchon veut y aller seul, fort de ses 10%, le candidat veut marquer la campagne comme il l'avait fait en 2012. Mélenchon était pourtant sous pression depuis l'alliance du candidat écologiste Yannick Jadot avec le parti socialiste.

Du coup, sauf coup de tonnerre, la gauche et l'extrême-gauche sont dans une configuration de perdantes. Emmanuel Macron (En Marche) et Marine Le Pen (FN) atteignent au moins les 25% dans le dernier sondage réalisé par Sofres. Même François Fillon (Les Républicains) est encore à 20%. Si la tactique de Mélenchon peut se comprendre, celle de Hamon laisse plus dubitatif. À moins que celui-ci ne prépare déjà sa candidature pour 2022...

Déjà lu?