Un Syrien qui est en lice pour l'Oscar du meilleur documentaire est interdit de rentrer aux États-Unis

Khaled Khateeb qui a participé au documentaire les Casques Blancs a été nominé aux Oscars mais il ne peut pas se rendre à la cérémonie. Il est bloqué par le service de Sécurité Intérieure des États-Unis. Les six réalisateurs nominés aux Oscars pour le meilleur film étranger ont protesté contre Donald Trump.

Selon un memo de l'administration de Trump que l'agence The Associated Press a pu voir, le département de la Sécurité Intérieure a décidé au dernier moment d'empêcher Khaled Khateeb de se rendre de la Turquie à Los Angeles.

La raison de ce refus n'est pas très claire: le réalisateur a bien obtenu un visa. Khaled Khateeb a participé au documentaire Les Casques Blancs qui a été produit par Netflix mais ne peut donc pas se rendre à la cérémonie.

Le documentaire parle des Casques Blancs, un groupe de 3.000 volontaires syriens en uniforme et casque blanc qui font un énorme travail humanitaire en Syrie.

Le producteur des Casques blancs a exprimé son mécontentement dans un communiqué: "L'année dernière, les Casques Blancs ont été nominé pour le Prix Nobel de la paix - ces personnes sont les plus braves sur la planète. L'idée qu'ils ne soient pas en mesure de venir avec nous pour profiter de ce succès est tout simplement horrible ".

Les réalisateurs contre Trump

Les cinq nominés aux Oscars pour le meilleur film étranger ont protesté contre Donald Trump. Dans une lettre ouverte publiée aujourd'hui, ils marquent leur désapprobation sur le "climat actuel de fanatisme et de nationalisme".

"Au nom de tous les candidats, nous voulons exprimer, à l'unanimité et avec insistance, notre rejet du climat de fanatisme et de nationalisme que nous voyons aujourd'hui aux États-Unis et dans de nombreux autres pays. De la part de la population et le pire de tout, des dirigeants politiques" déclarent les six cinéastes.

Le Danois Martin Zandvliet (nominé pour Land of Mine), le Suédois Hannes Holm (A Man Called Ove), l'Iranien Asghar Farhadi (The Salesman), l'Allemand Maren Ade (Toni Erdmann) et les Australiens Martin Butler et Bentley Dean (Tanna) veulent exprimer que "Ces murs empêchent les gens de voir quelque chose de simple, mais fondamental: nous ne sommes pas si différents."

"Nous refusons de penser en termes de frontières. Nous pensons qu'il n'y a pas de meilleur pays, sexe, religion ou couleur" expliquent les six réalisateurs.

"Nous dédions ce prix à tous les gens, les artistes, les journalistes et les militants qui travaillent sur une plus grande unité et plus de compréhension, et qui promeuvent la liberté d'expression et la dignité humaine. Il est plus important que jamais de protéger ces valeurs."

Déjà lu?