La police japonaise a créé une app qui t'indique lorsque tu entres dans une zone où des viols ont eu lieu

Tu marches en rue et tu t'approches d'une ruelle un peu sombre quand soudain, ton smartphone se met à sonner: il t'indique que tu approches d'une zone où des viols ont été commis. C'est le principe de l'application Mimamotchi, développée par une police japonaise.

En prévention des futurs crimes sexuels, pour éviter de nouveaux drames et pour tenter de protéger les femmes victimes de viols en pleine rue, la police de la préfecture de Fukuoka, au sud-ouest du Japon, a mis au point une application. Celle-ci est censée avertir son utilisatrice lorsque cette dernière se retrouve dans une zone à risque.

Appelée "Mimamotchi", dispo gratuitement sur l'App Store et Google Play, c'est la première application japonaise spécifiquement conçue pour aider à protéger les jeunes femmes et les enfants contre les prédateurs sexuels, ont indiqué des responsables de la police préfectorale de Fukuoka dans l'Asahi Shimbun.

Carte et GPS

L'application fonctionne avec une carte sur laquelle les victimes peuvent indiquer le lieu et la date où elles se sont fait agressées. Cette date peut remonter jusqu'à un an en arrière. Les zones où des crimes ont eu lieu plusieurs fois sont marquées en rouge.

Couplée au GPS, cette appli alerte en temps réel son utilisatrice lorsqu'elle pénètre dans une zone à risque. La zone peut être définie entre 100 mètres et 5 kilomètres. Elle dispose aussi d'une alarme: l'utilisateur n'a qu'à taper l'écran pour appeler la police. Ou encore l'alarme "On me tripote" pour les occasions dans le métro ou dans le train où des vieux vicelards laissent traîner leurs sales pattes dégueulasses et que la victime n'ose pas élever la voix.

L'unique souci avec cette app? Elle n'est pour l'instant disponible qu'au Japon, dans la préfecture de Fukuoka. Mais pareille initiative devrait sans doute rapidement arriver en Occident. Du moins, on l'espère.

Déjà lu?