SOS Durbuy! L'ambitieux Marc Coucke fait grincer quelques dents: "Il va polluer notre forêt et faire payer les sentiers"

50.png

Tout n'est pas rose à "Couckeland", le parc de loisirs que va s'offrir le riche et sympathique Marc Coucke. "La plus petite ville du monde", est de plus en plus aux mains du milliardaire, ce qui inquiète passablement les habitants. Certains d'entre-eux se sont réunis dans une association: SOS Durbuy. Ils préviennent qu'"il n'y a rien d'écologique ou de social dans le projet de Marc Coucke".

"Couckeland" ou "La Petite Merveille", peu importe son nom, devrait s'étendre sur une surface neuf fois supérieure à celle de Walibi. Il s'agit du domaine de Hotemme, que le businessman veut s'offrir pour environ 2,7 millions d'euros. Une zone de 500 hectares mais qui ne lui suffit apparemment pas. Marc Coucke achète tout ce qui bouge. Il a commencé par Durbuy Aventure, puis La Petite Merveille, ensuite quelques forêts, et des restaurants aussi, et des cafés! C'est tout? Non, un hôtel également, plus le parc à bungalows Sunclass.

Ah oui, il y a encore un camping qu'il a entièrement racheté et nettoyé. Il a également emmené dans ses bagages son associé, qui est également grand Chef: Wout Bru. Ce dernier possède un restaurant en Provence depuis des années mais il connait quelques soucis financiers. L'ambition du président du club de foot d'Ostende semble être sans limite, lui qui se ventait d'avoir un parc "plus grand que Disneyland". L'info avait même passé la frontière puisque La Voix du Nord s'y était intéressé. En tout, l'investisseur flamand serait prêt à mettre 100 millions d'euros sur la table pour son grand projet dans les Ardennes belges.

SOS Durbuy

Dans la petite ville, la protestation grimpe: "Contrairement à ce qu’il raconte, il n’en a rien à faire de l’écologie et du social. Ce qui l’intéresse, c’est faire un maximum d’argent en amenant, par an, un million de touristes, majoritairement flamands, pour consommer dans son parc, ses hôtels et restaurants. Il agit en toute impunité : on va le laisser polluer notre forêt et faire payer les sentiers dans les bois", s'insurge Chantal Dejardin, membre de l’association, dans la Dernière Heure.

Ces "anti-Coucke" sont pour l'instant minoritaires, mais les inquiétudes se renforcent de jour en jour à Durbuy. Une page Facebook de SOS Durbuy regroupe déjà 240 membres. Ils craignent que les investissements du riche homme d'affaire ne prennent trop d'ampleur. "Marc Coucke se prend pour Donald Trump à Durbuy. Le logo de 'La Petite Merveille’ est déjà présent partout ici et qui peut encore croire qu’il ne va pas continuer ses acquisitions dans la région?"

Mais il y aura des jobs pour la population locale, non? "Ce sont des jobs temporaires et qui ne sont pas destinés à des francophones. Les habitants de Durbuy ou de Barvaux ne vont pas en profiter".

Une affirmation qui n'est pas du tout du goût de Bart Maerten, un autre associé de Marc Coucke: il en a "assez" de ces "quelques personnes qui répandent de fausses rumeurs". Toujours dans La Dernière Heure, il déclare: "Sur les 35 personnes que nous avons engagées, 34 sont de la région (...). Notre philosophie est totalement opposée à ce que fait Disney: l’immense majorité du parc sera consacrée à la nature et aux promenades."

Déjà lu?