Yeah! Près de 90% des nouvelles sources d'électricité proviennent du renouvelable en Europe, mais ça ne sera pas suffisant...

On voulait t'annoncer une bonne nouvelle: l'énergie renouvelable a le vent en poupe en Europe. Près de 90% de nos nouvelles sources d'énergie sont issues du renouvelable. Et c'est l'éolien qui est la nouvelle star puisqu'il vient de supplanter le charbon à la deuxième place de nos capacités énergétiques. Mais ça, c'était avant qu'on tombe sur un rapport édifiant. Il nous indique que les énergies renouvelables ne suffiront pas pour contrer le réchauffement climatique...

Commençons d'abord par la bonne nouvelle: en Europe en 2016, près de 90% de nos nouvelles capacités énergétiques provenaient des énergies renouvelables, note le Guardian. La preuve que les défis qui attendent notre planète sont pris au sérieux sur le vieux continent.

Coup de boost...

Les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel...) prennent donc une place de moins en moins importantes. Selon Eurostat, la part de la production d'énergie renouvelable primaire (qui ne nécessite pas une transformation) sur l'énergie totale produite était de 25,4% en 2014.

Dans le même temps, l'énergie éolienne a dépassé le charbon: "Avec une capacité installée totale de 153,7 GW (gigawatts), l'énergie éolienne dépasse désormais le charbon pour devenir le second plus grand parc de capacité de production d'électricité en Europe", écrit WindEurope dans son bilan annuel sur le secteur. C'est donc une autre toute bonne nouvelle, même si cela ne représente que 10,4% de la consommation totale d'électricité en Europe.

Si l'Allemagne, comme d'habitude, est le bon élève de la classe avec 44% des nouvelles installations, "plus de la moitié des pays de l'UE n'ont réalisé aucun investissement dans l'éolien l'an dernier" a regretté Giles Dickson, président de WindEurope. Mais bon, ne soyons pas trop pessimiste, cela va dans le bon sens. En 2016, les investissements dans l'éolien ont quand même atteint les 27,5 milliards d'euros.

... et puis déprime

Quoique. Numerama a mis en avant un nouveau rapport inquiétant dans la lutte contre le réchauffement climatique. Publié à l'origine dans la revue Nature Climate Change, ce rapport indique que le déploiement d'énergies renouvelables, même rapide, ne suffira pas à contenir le réchauffement sous le seuil des 2°C, ce fameux objectif signé par 195 pays à la COP 21 de Paris.

Glen Peters, directeur de l’étude, est très clair là dessus : "Le déploiement rapide de l’énergie solaire et éolienne et des voitures électriques donne un peu d’espoir. Mais à l’heure actuelle, ces technologies ne suffisent pas à inverser la tendance face à l’utilisation croissante des combustibles fossiles ou des moyens de transports traditionnels."

Il parle évidemment ici de l’utilisation d'énergies fossiles au niveau global. Elles restent privilégiées partout dans le monde. Et même si la Chine et la Russie se mettaient à investir massivement dans l'énergie renouvelable, la tendance pourrait continuer à empirer jusqu’à atteindre un réchauffement climatique entre 3 et 4°C d’ici la fin du siècle, poursuit le rapport.

Solutions?

Peters va plus loin et explique que subventionner les énergies renouvelables ne suffit plus: "Les politiques semblent se satisfaire de subventionner l’énergie solaire, les éoliennes et les véhicules électriques. Mais ils ne veulent pas taxer les combustibles fossiles."

Au niveau mondial, 87% de la production énergétique mondiale est encore issue du pétrole et du charbon. Or pour nous maintenir en dessous des 2°C, il faudrait atteindre la neutralité carbone. Autrement dit, on ne devrait pas produire plus de CO2 que ce que les océans et les forêts soient en capacité d'absorber.

Une des remédiations à ce problème, selon le rapport toujours, serait de développer des biocarburants qui seraient neutres en carbone. On pourrait aussi inventer des dispositifs capables de capturer et de stocker le carbone dans l'atmosphère.

En l'état, "le plafond des 2°C sera inévitablement franchi", conclut le directeur de l'étude. Mais ne nous décourageons pas. L'Europe montre clairement l'exemple à suivre!

Déjà lu?